Logo SoundStage ULTRA
SoundStage ULTRA
USA
Textes originaux en anglais

Les Estelon X Diamond Mk IIs sont les meilleures enceintes que j'ai jamais entendues

Distinction décernée dans cet article :
Distinction "Reviewers Choice" par SoundStage

Pour de nombreux audiophiles, celui-ci inclus, le fabricant de haut-parleurs de luxe Estelon a largement été un mystère. Ce que je savais sur Estelon avant cette critique – et je suis de près le haut de gamme du marché hi-fi – était entièrement superficiel : ils sont basés à Tallinn, en Estonie, dans le nord de l’Europe ; avant COVID-19, ils exposaient leurs produits au salon annuel High End de Munich ; les formes élégantes de leurs enceintes sont souvent décrites comme élégantes ; et ces enceintes ne sont pas bon marché.

En préparant cette critique, j’ai rapidement appris un peu plus : Estelon utilise des pilotes Accuton dans toutes leurs enceintes sauf les moins chères ; et ils ont développé en interne le matériau à partir duquel ils fabriquent leurs armoires de haut-parleurs.

Vivant avec et étudiant les enceintes Estelon au cours des derniers mois, j’ai découvert beaucoup plus que ce que j’ai mentionné ci-dessus. Dans ma salle d’écoute se trouve maintenant une paire d’enceintes X Diamond Mk II d’Estelon (78 000 $ la paire, tous les prix en USD), et je tiens vraiment à vous en dire plus sur elles. (Voir les détails de leur livraison sur mon blog SoundStage! Global, “The Estelon X Diamond Mk II Arrival Details.”)

Description

Le X Diamond Mk II, une mise à jour du X Diamond original, intègre tout ce qu’Estelon a appris en dix ans de production de haut-parleurs. Le X Diamond Mk II, trois voies, trois pilotes, est un grand enceinte colonne mesurant 53,9 “H x 17,7” L x 25,1 “P et pesant 189,6 livres. Il est plus facile de regarder les photos accompagnant cette critique que pour moi de décrire avec précision la forme constamment variable de cet enceinte, mais je vais essayer.

Tout d’abord, ces chiffres de taille globale sont trompeurs, car ils indiquent seulement les plus grandes mesures du X Diamond Mk II dans chaque dimension : cet enceinte est tout en courbes, sauf : 1) une section verticale étroite de la face avant, qui présente une surface plane juste assez large pour que chaque pilote soit fixé à fleur de la face avant ; 2) le dessus plat, qui descend vers l’avant de l’enceinte ; et 3) le bas. Le X Diamond est le plus large et le plus profond près du sol, pour accueillir son woofer de 11”, puis s’amincit gracieusement pour former une “taille” étroite où se trouve le tweeter de 1″, et au-dessus s’élargit légèrement pour accueillir le pilote de médium de 7″. Élégant est si clairement le descripteur le plus approprié que je pense que chaque écrivain qui a déjà décrit un Estelon l’a utilisé – ce serait bien si je pouvais trouver un autre libellé. Jusqu’à ce que je le fasse, je peux dire que le X Diamond Mk II est, dans un autre mot, magnifique – un exemple de design industriel inspiré. En fait, c’est le haut-parleur le plus beau que j’ai eu dans l’une ou l’autre de mes salles d’écoute au cours des 20 dernières années. Le X Diamond Mk II semble coulé, tant ses courbes sont liquides. Le X Diamond Mk II est une sculpture audio dans toute sa splendeur.

Mais dans le monde d’Estelon, la forme suit la fonction – la forme de cet enceinte n’a pas été choisie pour son attrait visuel seul. Le concepteur Alfred Vassilkov dit que la forme du X Diamond Mk II rend possible un lancement d’ondes approprié pour les pilotes car elle : 1) évite les effets néfastes des artefacts de diffraction causés par les bords tranchants, les lèvres et les saillies ; 2) aide à “créer une directivité contrôlée des ondes sonores propagées” ; et 3) le “rétrécissement de la zone où les hautes fréquences [sonores] émanent aide à obtenir 0 degrés de phase [shift] à la position d’écoute.” Un tel design fonctionnel s’étend à l’intérieur de l’enceinte, où les surfaces courbes résultent en des parois non parallèles qui, selon Estelon, éliminent pratiquement les ondes stationnaires et leurs effets néfastes. L’intérieur est également renforcé à des points stratégiques, pour réduire les résonances.

Les trois pilotes du X Diamond Mk II d’Estelon ont des spécifications très bonnes en effet. Le tweeter est un dôme de diamant inversé de 1″ fabriqué par Accuton et revendiqué par Estelon pour étendre la réponse en fréquence haute de l’enceinte jusqu’à 60 kHz. Le tweeter est croisé à 2000 Hz au pilote de médium-grave de 7″ au-dessus de lui. Ce pilote Accuton a une membrane céramique, et il passe à un faible 80 Hz au woofer de 11″ en bas, qui a une bobine acoustique de 2,1″ et une membrane céramique, cette fois un sandwich. Vassilkov a placé le woofer près du sol pour des raisons acoustiques : de cette manière, les fréquences basses peuvent se coupler plus efficacement au sol, pour fournir une réponse en basses plus linéaire, dit-il. Chaque pilote est recouvert d’une grille métallique non amovible.

Les pentes de crossover sont soit du deuxième ordre (médium vers tweeter) soit du troisième ordre (woofer vers médium). Le crossover lui-même, logé dans une chambre scellée à l’intérieur du X Diamond Mk II, comprend des “bobines à noyau de transformateur, des bobines de feuille en cuivre sans oxygène (OFC), des condensateurs Mundorf Silver-Gold-Oil.” Les connexions de composant à composant du crossover sont soudées à la main, et l’ensemble du montage du crossover est relié aux bornes de liaison Furutech de l’enceinte avec du fil pur en cuivre Kubala-Sosna. Ces bornes se trouvent au bas arrière du X Diamond Mk II, dans un renfoncement qui comprend également une plaque de montage affichant le numéro de série, l’impédance nominale et le modèle et le nom de l’entreprise. Les bornes étaient faciles d’accès pour fixer les câbles d’enceinte, et nécessitaient seulement un serrage à la main – je n’avais pas besoin d’une clé. Juste au-dessus des bornes de liaison se trouve un évent évasé de 4″ de large – en regardant à l’intérieur, je pouvais voir que son tube est coupé en deux par une ailette en plastique, je suppose pour minimiser les turbulences lorsque l’air sort de l’enceinte.

La finition est incroyable – je n’ai vu aucun défaut nulle part, et sa lustre était si profonde que j’ai eu l’impression que je pouvais presque atteindre l’intérieur de l’enceinte à travers sa peau. Après la fabrication, l’armoire à base de marbre est autorisée à durcir pendant un certain temps avant d’être poncée et polie, après quoi plusieurs couches de laque sont appliquées, suivies de plus de ponçage et de polissage. Le résultat est aussi bon que tout ce que j’ai vu – et j’ai vu les meilleures finitions brillantes, telles que celles de Tidal et de Rockport Technologies. Trois finitions standard d’Estelon sont Black Lava Liquid Gloss, Black Lava Matte et White Gloss ; six autres finitions peuvent être commandées moyennant divers frais supplémentaires. Pour le Silver Pure Alu Liquid Gloss de mes échantillons de test, ajoutez 3900 $ supplémentaires la paire.

Si vous avez déjà entendu parler du X Diamond original, le Mk II comprend quelques améliorations revendiquées : un crossover révisé, de meilleures bornes de liaison Furutech, des révisions du tweeter Accuton, et quelques mises à jour cosmétiques. Estelon spécifie le X Diamond Mk II comme ayant une large gamme de fréquences de 22 Hz à 60 kHz, une impédance nominale de 6 ohms (minimum 3,5 ohms à 50 Hz), une sensibilité de 88 dB/2,83 V, et une puissance maximale admissible de 200 W (minimum 20 W).

Connexions

Les Estelon X Diamond Mk II étaient alimentées soit par mon amplificateur de puissance Boulder Amplifiers 2060, soit, plus tard dans mon écoute, le MSB Technology S202, via des câbles d’enceinte Shunyata Research Alpha SP équipés de fourches aux deux extrémités. Mon convertisseur numérique-analogique (DAC), avec contrôle de volume intégré, était le MSB Discrete, bien que j’aie également substitué leur DAC Premier vers la fin de mon écoute. Les connexions entre les DAC et les amplificateurs étaient faites avec des câbles d’interconnexion équilibrés Shunyata Delta IC. Ma source, un ordinateur portable Apple MacBook Air exécutant Roon et Audirvana et utilisant le service de streaming Qobuz, était connectée aux DAC avec un lien USB Shunyata Alpha. Des cordons d’alimentation Shunyata Venom NR-V10 étaient également utilisés à divers endroits.

Configuration

La configuration s’est déroulée sans heurts, sans drame. Estelon recommande de commencer avec les enceintes à au moins 3′ 6″ des points de réflexion les plus proches, à un minimum de 1′ 8″ du mur avant, de 8′ 2″ à 13′ de distance, et avec un angle de 7° de rotation. Bien que dans ma pièce je n’aie pas pu répondre à toutes ces recommandations, elles m’ont donné de bons conseils.

Avec les X Diamond Mk II dans leurs positions de départ, j’ai commencé ma série habituelle de mesures acoustiques : Plaçant un microphone à condensateur Behringer ECM8000 à la hauteur de mon oreille assise à neuf positions le long de l’arc décrit par un rayon de 20″ autour de la position d’écoute, prenant une mesure à chaque position, et moyennant les résultats. J’ai utilisé un adaptateur XLR vers USB MXL Mic Mate pour connecter l’ECM8000 à un ordinateur portable Apple MacBook Pro exécutant le logiciel de mesure acoustique FuzzMeasure. Le graphique de réponse en fréquence (20 Hz-40 kHz, lissage d’1/6 d’octave) montre une réponse globalement neutre de 100 Hz à 10 kHz. Le pic dans les basses à 50 Hz est un mode de la pièce, et la décroissance progressive au-dessus de 10 kHz est due à l’absorption par les traitements acoustiques de ma pièce, les meubles et la moquette. L’extension des basses était de -4 dB à 20 Hz – assez profonde pour presque n’importe quelle musique.

Les X Diamond Mk IIs ont finalement trouvé leur chanson – la meilleure combinaison de performance mesurée et de qualité sonore – lorsque leurs panneaux arrière étaient à 3′ du mur avant, et le centre de chaque tweeter était à 2′ 4,5″ du mur latéral le plus proche. Je n’ai pas pu les éloigner davantage des murs latéraux car cela aurait rapproché trop les enceintes l’une de l’autre. J’ai opté pour une distance tweeter à tweeter de 9′ et un angle de 12° de rotation, ce dernier donnant une localisation des images légèrement plus précise que les 7° recommandés par Estelon. Je me suis assis à 11′ des enceintes.

Son

J’ai commencé mes évaluations d’écoute sérieuses avec “Better Together”, de l’album In Between Dreams de Jack Johnson (FLAC 24 bits/96 kHz, Brushfire/Qobuz). Le son de la guitare basse de Merlo Podlewski était mélodieux et serré, les Estelons permettant aux basses fréquences de s’écouler librement dans la pièce sans restriction – la ligne de basse n’était pas seulement facile à suivre, mais avait assez de poids pour que je perçoive une présence physique dans ma pièce. Les woofers de 11″ étaient agiles et rapides, mais produisaient également des basses profondes et tendues – une combinaison idéale qui donnait une reproduction globale satisfaisante des basses fréquences.

J’ai ensuite écouté un morceau vers lequel je me suis souvent tourné au fil des ans pour sa portée substantielle dans les basses, un enregistrement qui testera la profondeur et la linéarité des basses de n’importe quel système audio : “Norbu”, de la musique de Bruno Coulais pour le film Himalaya (AIFF 16/44.1, Virgin/Qobuz). Je l’ai d’abord lancé à un niveau de pression sonore de 88 dB, tel que mesuré à mon siège d’écoute. À travers les X Diamond Mk IIs, les basses étaient linéaires et puissantes, pressurisant presque entièrement ma pièce avec des graves lorsque les énormes battements de tambour roulaient de l’avant de ma pièce vers l’arrière. Et alors que ces battements de tambour disparaissaient de l’ouïe, les décroissances continuaient à l’infini. Très satisfaisant.

Les Estelons pouvaient-ils en faire plus ? Lorsque j’ai augmenté le niveau de sortie de 5 dB supplémentaires, à 93 dB, “Norbu” semblait et se sentait simplement beaucoup plus grand. Les basses pressurisaient maintenant complètement la pièce, avec une autorité encore plus grande, et les décroissances duraient encore plus longtemps et étaient plus facilement audibles alors qu’elles disparaissaient derrière moi. Mais les Estelons travaillaient maintenant plus dur pour produire des graves car ils atteignaient les limites de la quantité d’air qu’ils pouvaient déplacer. Le déplacement substantiel des ondes sonores de basses était en outre évident car la quantité d’air traversant les évents était significative en volume – presque avec la force d’un sèche-cheveux en basse vitesse.

Voulant entendre à quel point les médium-graves des X Diamond Mk IIs pouvaient être percutants, j’ai lancé “Say Goodbye”, du Crash de Dave Mathews Band (FLAC 16/44.1, RCA/Qobuz). J’ai écouté le solo de batterie d’ouverture à des pics de plus de 95 dB – fort, mais pas tout à fait le test de stress des basses présenté par “Norbu”. Ce que j’ai entendu était immensément satisfaisant. Les Estelons pouvaient lancer des rafales impressionnantes d’air tout en sonnant proprement et sans effort. Ce superbe morceau de batterie est l’un de mes tests préférés de l’agilité et de la physicalité des basses d’un haut-parleur, et les X Diamonds l’ont passé avec succès. J’ai adoré avoir des enceintes avec de gros woofers – c’était très amusant, et rendait de nombreux morceaux extrêmement agréables.

Ensuite, un titre de Lana Del Rey, la chanson titre de Chemtrails Over the Country Club (FLAC 24/48, Interscope/Polydor/Qobuz). Les Estelons ont reproduit l’atmosphérique Del Rey en dépeignant sa voix comme une présence tridimensionnelle sur une scène sonore tangiblement tangible. Ce qui était le plus impressionnant, c’était l’image presque visible de Del Rey alors qu’elle chantait au centre de la scène sonore. Cette scène était magnifiquement profonde, s’étendant bien au-delà du plan décrit par les panneaux arrière des enceintes, et au-delà du mur avant de ma pièce. J’ai écouté ce morceau plusieurs fois, m’émerveillant à chaque écoute, et j’ai toujours été impressionné par la taille de la scène sonore – au-delà du mur à mur, et de nombreux pieds de profondeur – et les images sonores précisément délimitées et positionnées de voix et d’instruments dessus. Les voix féminines et masculines sonnaient toutes neutres et claires – en termes de précision tonale, c’était tout ce que je pouvais demander.

Puis quelque chose m’est venu à l’esprit. Bien que j’aie écouté les morceaux mentionnés ci-dessus, et bien d’autres encore, à de nombreux niveaux de volume, en particulier les morceaux riches en basses, à l’exception d’un léger creux en dessous de 30 Hz dans ma lecture la plus forte de “Norbu”, je n’ai entendu aucun changement de caractère sonore, quel que soit le SPL. C’était vrai dans les basses, les hautes fréquences, et partout entre les deux. Les hautes fréquences n’ont jamais sonné chaudes ou brillantes, les basses n’ont jamais été lâches, le médium n’a jamais sonné en retrait, et les images sonores n’ont jamais perdu leur précision. Je pense que les X Diamond Mk IIs offraient une véritable reproduction à volume constant – j’ai été vraiment impressionné.

C’était un grand pas en avant par rapport aux autres enceintes que j’ai testées, qui ont toutes tendance à changer leur caractère sonore lorsque l’on s’écarte de leur niveau de pression sonore optimal. Les Estelons avaient l’air de ne pas ressentir les effets de la distorsion, car j’ai augmenté le volume, et je pense que c’est une excellente qualité pour une enceinte haut de gamme à avoir. Pour en avoir le cœur net, j’ai lancé “Regiment”, de Beck, tiré de l’album Guero (FLAC 16/44.1, Interscope/Qobuz), et j’ai poussé les X Diamonds jusqu’à un niveau de 103 dB. Beck n’a jamais sonné comme un enregistrement réduit – il était plutôt grand, confiant et à l’aise. Les enceintes n’ont pas non plus montré de signes de fatigue ou de compression de dynamique à ce niveau, à part la légère distorsion audible dans les tweeters – mais c’était seulement lorsque j’étais assis à 6′ des enceintes, ce qui est beaucoup plus proche que je ne me suis jamais assis pour une écoute sérieuse. Pour résumer, les Estelons X Diamond Mk IIs étaient de véritables reprocheurs de dynamique – ils restaient cool, calmes et collectés, quels que soient les pics de niveau de sortie.

Comparaisons

J’ai comparé les Estelon X Diamond Mk IIs avec trois enceintes de sol que j’avais sous la main : les Wilson Audio Sasha DAW (35 000 $ la paire, plus 5000 $ pour la couleur d’origine de mes échantillons), les Bowers & Wilkins 802 D3 (25 000 $ la paire), et les KEF Blade Two (30 000 $ la paire).

En comparaison, les Wilsons étaient légèrement plus sensibles que les Estelons, mais elles n’avaient pas les mêmes basses – les Estelons étaient plus profonds, plus propres et mieux définis, ce qui donnait une image sonore plus grande et plus précise. Les Wilsons projetaient une image plus petite et plus proche de moi, et bien que les fréquences hautes et médiums sonnaient bien, je pense que les Estelons étaient plus neutres et plus linéaires dans les médiums et les hautes fréquences. Dans le bas-médium et le bas, les Estelons étaient nettement plus dynamiques et vivantes, rendant les Wilsons en comparaison quelque peu endormies.

Les Bowers & Wilkins 802 D3 sonnaient bien, mais pas aussi bien que les Estelons – tout d’abord, ils n’étaient pas aussi sensibles, et leurs graves n’étaient pas aussi profonds, propres ou dynamiques que ceux des Estelons. Bien que les B&Ws aient plus de graves que les Wilsons, ils n’ont pas non plus l’imagerie dimensionnelle ni la précision des Estelons. Les hautes fréquences des 802 D3 étaient plus douces que celles des Estelons, mais je préfère la reproduction plus neutre et plus linéaire des Estelons.

Les KEF Blade Twos étaient les plus similaires aux Estelons en termes de réponse en fréquence globale et de sensibilité, mais elles étaient loin derrière les Estelons en termes de dynamique et d’échelle. Les Blade Twos projetaient une image sonore précise et dimensionnelle, mais pas aussi précise que celle des Estelons – l’image des Estelons était plus grande, plus profonde et plus précise. Les Blade Twos étaient aussi plus doux dans les hautes fréquences, mais je préfère la neutralité et la linéarité des hautes fréquences des Estelons.

Conclusion

Pour de nombreux audiophiles, celui-ci inclus, le fabricant de haut-parleurs de luxe Estelon a largement été un mystère. Ce que je savais sur Estelon avant cette critique – et je suis de près le haut de gamme du marché hi-fi – était entièrement superficiel : ils sont basés à Tallinn, en Estonie, dans le nord de l’Europe ; avant COVID-19, ils exposaient leurs produits au salon annuel High End de Munich ; les formes élégantes de leurs enceintes sont souvent décrites comme élégantes ; et ces enceintes ne sont pas bon marché.

En préparant cette critique, j’ai rapidement appris un peu plus : Estelon utilise des pilotes Accuton dans toutes leurs enceintes sauf les moins chères ; et ils ont développé en interne le matériau à partir duquel ils fabriquent leurs armoires de haut-parleurs.

Vivant avec et étudiant les enceintes Estelon au cours des derniers mois, j’ai découvert beaucoup plus que ce que j’ai mentionné ci-dessus. Dans ma salle d’écoute se trouve maintenant une paire d’enceintes X Diamond Mk II d’Estelon (78 000 $ la paire, tous les prix en USD), et je tiens vraiment à vous en dire plus sur elles. (Voir les détails de leur livraison sur mon blog SoundStage! Global, “The Estelon X Diamond Mk II Arrival Details.”)

Description

Le X Diamond Mk II, une mise à jour du X Diamond original, intègre tout ce qu’Estelon a appris en dix ans de production de haut-parleurs. Le X Diamond Mk II, trois voies, trois pilotes, est un grand enceinte colonne mesurant 53,9 “H x 17,7” L x 25,1 “P et pesant 189,6 livres. Il est plus facile de regarder les photos accompagnant cette critique que pour moi de décrire avec précision la forme constamment variable de cet enceinte, mais je vais essayer.

Tout d’abord, ces chiffres de taille globale sont trompeurs, car ils indiquent seulement les plus grandes mesures du X Diamond Mk II dans chaque dimension : cet enceinte est tout en courbes, sauf : 1) une section verticale étroite de la face avant, qui présente une surface plane juste assez large pour que chaque pilote soit fixé à fleur de la face avant ; 2) le dessus plat, qui descend vers l’avant de l’enceinte ; et 3) le bas. Le X Diamond est le plus large et le plus profond près du sol, pour accueillir son woofer de 11”, puis s’amincit gracieusement pour former une “taille” étroite où se trouve le tweeter de 1″, et au-dessus s’élargit légèrement pour accueillir le pilote de médium de 7″. Élégant est si clairement le descripteur le plus approprié que je pense que chaque écrivain qui a déjà décrit un Estelon l’a utilisé – ce serait bien si je pouvais trouver un autre libellé. Jusqu’à ce que je le fasse, je peux dire que le X Diamond Mk II est, dans un autre mot, magnifique – un exemple de design industriel inspiré. En fait, c’est le haut-parleur le plus beau que j’ai eu dans l’une ou l’autre de mes salles d’écoute au cours des 20 dernières années. Le X Diamond Mk II semble coulé, tant ses courbes sont liquides. Le X Diamond Mk II est une sculpture audio dans toute sa splendeur.

Mais dans le monde d’Estelon, la forme suit la fonction – la forme de cet enceinte n’a pas été choisie pour son attrait visuel seul. Le concepteur Alfred Vassilkov dit que la forme du X Diamond Mk II rend possible un lancement d’ondes approprié pour les pilotes car elle : 1) évite les effets néfastes des artefacts de diffraction causés par les bords tranchants, les lèvres et les saillies ; 2) aide à “créer une directivité contrôlée des ondes sonores propagées” ; et 3) le “rétrécissement de la zone où les hautes fréquences [sonores] émanent aide à obtenir 0 degrés de phase [shift] à la position d’écoute.” Un tel design fonctionnel s’étend à l’intérieur de l’enceinte, où les surfaces courbes résultent en des parois non parallèles qui, selon Estelon, éliminent pratiquement les ondes stationnaires et leurs effets néfastes. L’intérieur est également renforcé à des points stratégiques, pour réduire les résonances.

Les trois pilotes du X Diamond Mk II d’Estelon ont des spécifications très bonnes en effet. Le tweeter est un dôme de diamant inversé de 1″ fabriqué par Accuton et revendiqué par Estelon pour étendre la réponse en fréquence haute de l’enceinte jusqu’à 60 kHz. Le tweeter est croisé à 2000 Hz au pilote de médium-grave de 7″ au-dessus de lui. Ce pilote Accuton a une membrane céramique, et il passe à un faible 80 Hz au woofer de 11″ en bas, qui a une bobine acoustique de 2,1″ et une membrane céramique, cette fois un sandwich. Vassilkov a placé le woofer près du sol pour des raisons acoustiques : de cette manière, les fréquences basses peuvent se coupler plus efficacement au sol, pour fournir une réponse en basses plus linéaire, dit-il. Chaque pilote est recouvert d’une grille métallique non amovible.

Les pentes de crossover sont soit du deuxième ordre (médium vers tweeter) soit du troisième ordre (woofer vers médium). Le crossover lui-même, logé dans une chambre scellée à l’intérieur du X Diamond Mk II, comprend des “bobines à noyau de transformateur, des bobines de feuille en cuivre sans oxygène (OFC), des condensateurs Mundorf Silver-Gold-Oil.” Les connexions de composant à composant du crossover sont soudées à la main, et l’ensemble du montage du crossover est relié aux bornes de liaison Furutech de l’enceinte avec du fil pur en cuivre Kubala-Sosna. Ces bornes se trouvent au bas arrière du X Diamond Mk II, dans un renfoncement qui comprend également une plaque de montage affichant le numéro de série, l’impédance nominale et le modèle et le nom de l’entreprise. Les bornes étaient faciles d’accès pour fixer les câbles d’enceinte, et nécessitaient seulement un serrage à la main – je n’avais pas besoin d’une clé. Juste au-dessus des bornes de liaison se trouve un évent évasé de 4″ de large – en regardant à l’intérieur, je pouvais voir que son tube est coupé en deux par une ailette en plastique, je suppose pour minimiser les turbulences lorsque l’air sort de l’enceinte.

La finition est incroyable – je n’ai vu aucun défaut nulle part, et sa lustre était si profonde que j’ai eu l’impression que je pouvais presque atteindre l’intérieur de l’enceinte à travers sa peau. Après la fabrication, l’armoire à base de marbre est autorisée à durcir pendant un certain temps avant d’être poncée et polie, après quoi plusieurs couches de laque sont appliquées, suivies de plus de ponçage et de polissage. Le résultat est aussi bon que tout ce que j’ai vu – et j’ai vu les meilleures finitions brillantes, telles que celles de Tidal et de Rockport Technologies. Trois finitions standard d’Estelon sont Black Lava Liquid Gloss, Black Lava Matte et White Gloss ; six autres finitions peuvent être commandées moyennant divers frais supplémentaires. Pour le Silver Pure Alu Liquid Gloss de mes échantillons de test, ajoutez 3900 $ supplémentaires la paire.

Si vous avez déjà entendu parler du X Diamond original, le Mk II comprend quelques améliorations revendiquées : un crossover révisé, de meilleures bornes de liaison Furutech, des révisions du tweeter Accuton, et quelques mises à jour cosmétiques. Estelon spécifie le X Diamond Mk II comme ayant une large gamme de fréquences de 22 Hz à 60 kHz, une impédance nominale de 6 ohms (minimum 3,5 ohms à 50 Hz), une sensibilité de 88 dB/2,83 V, et une puissance maximale admissible de 200 W (minimum 20 W).

Connexions

Les Estelon X Diamond Mk II étaient alimentées soit par mon amplificateur de puissance Boulder Amplifiers 2060, soit, plus tard dans mon écoute, le MSB Technology S202, via des câbles d’enceinte Shunyata Research Alpha SP équipés de fourches aux deux extrémités. Mon convertisseur numérique-analogique (DAC), avec contrôle de volume intégré, était le MSB Discrete, bien que j’aie également substitué leur DAC Premier vers la fin de mon écoute. Les connexions entre les DAC et les amplificateurs étaient faites avec des câbles d’interconnexion équilibrés Shunyata Delta IC. Ma source, un ordinateur portable Apple MacBook Air exécutant Roon et Audirvana et utilisant le service de streaming Qobuz, était connectée aux DAC avec un lien USB Shunyata Alpha. Des cordons d’alimentation Shunyata Venom NR-V10 étaient également utilisés à divers endroits.

Configuration

La configuration s’est déroulée sans heurts, sans drame. Estelon recommande de commencer avec les enceintes à au moins 3′ 6″ des points de réflexion les plus proches, à un minimum de 1′ 8″ du mur avant, de 8′ 2″ à 13′ de distance, et avec un angle de 7° de rotation. Bien que dans ma pièce je n’aie pas pu répondre à toutes ces recommandations, elles m’ont donné de bons conseils.

Avec les X Diamond Mk II dans leurs positions de départ, j’ai commencé ma série habituelle de mesures acoustiques : Plaçant un microphone à condensateur Behringer ECM8000 à la hauteur de mon oreille assise à neuf positions le long de l’arc décrit par un rayon de 20″ autour de la position d’écoute, prenant une mesure à chaque position, et moyennant les résultats. J’ai utilisé un adaptateur XLR vers USB MXL Mic Mate pour connecter l’ECM8000 à un ordinateur portable Apple MacBook Pro exécutant le logiciel de mesure acoustique FuzzMeasure. Le graphique de réponse en fréquence (20 Hz-40 kHz, lissage d’1/6 d’octave) montre une réponse globalement neutre de 100 Hz à 10 kHz. Le pic dans les basses à 50 Hz est un mode de la pièce, et la décroissance progressive au-dessus de 10 kHz est due à l’absorption par les traitements acoustiques de ma pièce, les meubles et la moquette. L’extension des basses était de -4 dB à 20 Hz – assez profonde pour presque n’importe quelle musique.

Les X Diamond Mk IIs ont finalement trouvé leur chanson – la meilleure combinaison de performance mesurée et de qualité sonore – lorsque leurs panneaux arrière étaient à 3′ du mur avant, et le centre de chaque tweeter était à 2′ 4,5″ du mur latéral le plus proche. Je n’ai pas pu les éloigner davantage des murs latéraux car cela aurait rapproché trop les enceintes l’une de l’autre. J’ai opté pour une distance tweeter à tweeter de 9′ et un angle de 12° de rotation, ce dernier donnant une localisation des images légèrement plus précise que les 7° recommandés par Estelon. Je me suis assis à 11′ des enceintes.

Son

J’ai commencé mes évaluations d’écoute sérieuses avec “Better Together”, de l’album In Between Dreams de Jack Johnson (FLAC 24 bits/96 kHz, Brushfire/Qobuz). Le son de la guitare basse de Merlo Podlewski était mélodieux et serré, les Estelons permettant aux basses fréquences de s’écouler librement dans la pièce sans restriction – la ligne de basse n’était pas seulement facile à suivre, mais avait assez de poids pour que je perçoive une présence physique dans ma pièce. Les woofers de 11″ étaient agiles et rapides, mais produisaient également des basses profondes et tendues – une combinaison idéale qui donnait une reproduction globale satisfaisante des basses fréquences.

J’ai ensuite écouté un morceau vers lequel je me suis souvent tourné au fil des ans pour sa portée substantielle dans les basses, un enregistrement qui testera la profondeur et la linéarité des basses de n’importe quel système audio : “Norbu”, de la musique de Bruno Coulais pour le film Himalaya (AIFF 16/44.1, Virgin/Qobuz). Je l’ai d’abord lancé à un niveau de pression sonore de 88 dB, tel que mesuré à mon siège d’écoute. À travers les X Diamond Mk IIs, les basses étaient linéaires et puissantes, pressurisant presque entièrement ma pièce avec des graves lorsque les énormes battements de tambour roulaient de l’avant de ma pièce vers l’arrière. Et alors que ces battements de tambour disparaissaient de l’ouïe, les décroissances continuaient à l’infini. Très satisfaisant.

Les Estelons pouvaient-ils en faire plus ? Lorsque j’ai augmenté le niveau de sortie de 5 dB supplémentaires, à 93 dB, “Norbu” semblait et se sentait simplement beaucoup plus grand. Les basses pressurisaient maintenant complètement la pièce, avec une autorité encore plus grande, et les décroissances duraient encore plus longtemps et étaient plus facilement audibles alors qu’elles disparaissaient derrière moi. Mais les Estelons travaillaient maintenant plus dur pour produire des graves car ils atteignaient les limites de la quantité d’air qu’ils pouvaient déplacer. Le déplacement substantiel des ondes sonores de basses était en outre évident car la quantité d’air traversant les évents était significative en volume – presque avec la force d’un sèche-cheveux en basse vitesse.

Voulant entendre à quel point les médium-graves des X Diamond Mk IIs pouvaient être percutants, j’ai lancé “Say Goodbye”, du Crash de Dave Mathews Band (FLAC 16/44.1, RCA/Qobuz). J’ai écouté le solo de batterie d’ouverture à des pics de plus de 95 dB – fort, mais pas tout à fait le test de stress des basses présenté par “Norbu”. Ce que j’ai entendu était immensément satisfaisant. Les Estelons pouvaient lancer des rafales impressionnantes d’air tout en sonnant proprement et sans effort. Ce superbe morceau de batterie est l’un de mes tests préférés de l’agilité et de la physicalité des basses d’un haut-parleur, et les X Diamonds l’ont passé avec succès. J’ai adoré avoir des enceintes avec de gros woofers – c’était très amusant, et rendait de nombreux morceaux extrêmement agréables.

Ensuite, un titre de Lana Del Rey, la chanson titre de Chemtrails Over the Country Club (FLAC 24/48, Interscope/Polydor/Qobuz). Les Estelons ont reproduit l’atmosphérique Del Rey en dépeignant sa voix comme une présence tridimensionnelle sur une scène sonore tangiblement tangible. Ce qui était le plus impressionnant, c’était l’image presque visible de Del Rey alors qu’elle chantait au centre de la scène sonore. Cette scène était magnifiquement profonde, s’étendant bien au-delà du plan décrit par les panneaux arrière des enceintes, et au-delà du mur avant de ma pièce. J’ai écouté ce morceau plusieurs fois, m’émerveillant à chaque écoute, et j’ai toujours été impressionné par la taille de la scène sonore – au-delà du mur à mur, et de nombreux pieds de profondeur – et les images sonores précisément délimitées et positionnées de voix et d’instruments dessus. Les voix féminines et masculines sonnaient toutes neutres et claires – en termes de précision tonale, c’était tout ce que je pouvais demander.

Puis quelque chose m’est venu à l’esprit. Bien que j’aie écouté les morceaux mentionnés ci-dessus, et bien d’autres encore, à de nombreux niveaux de volume, en particulier les morceaux riches en basses, à l’exception d’un léger creux en dessous de 30 Hz dans ma lecture la plus forte de “Norbu”, je n’ai entendu aucun changement de caractère sonore, quel que soit le SPL. C’était vrai dans les basses, les hautes fréquences, et partout entre les deux. Les hautes fréquences n’ont jamais sonné chaudes ou brillantes, les basses n’ont jamais été lâches, le médium n’a jamais sonné en retrait, et les images sonores n’ont jamais perdu leur précision. Je pense que les X Diamond Mk IIs offraient une véritable reproduction à volume constant – j’ai été vraiment impressionné.

C’était un grand pas en avant par rapport aux autres enceintes que j’ai testées, qui ont toutes tendance à changer leur caractère sonore lorsque l’on s’écarte de leur niveau de pression sonore optimal. Les Estelons avaient l’air de ne pas ressentir les effets de la distorsion, car j’ai augmenté le volume, et je pense que c’est une excellente qualité pour une enceinte haut de gamme à avoir. Pour en avoir le cœur net, j’ai lancé “Regiment”, de Beck, tiré de l’album Guero (FLAC 16/44.1, Interscope/Qobuz), et j’ai poussé les X Diamonds jusqu’à un niveau de 103 dB. Beck n’a jamais sonné comme un enregistrement réduit – il était plutôt grand, confiant et à l’aise. Les enceintes n’ont pas non plus montré de signes de fatigue ou de compression de dynamique à ce niveau, à part la légère distorsion audible dans les tweeters – mais c’était seulement lorsque j’étais assis à 6′ des enceintes, ce qui est beaucoup plus proche que je ne me suis jamais assis pour une écoute sérieuse. Pour résumer, les Estelons X Diamond Mk IIs étaient de véritables reprocheurs de dynamique – ils restaient cool, calmes et collectés, quels que soient les pics de niveau de sortie.

Comparaisons

J’ai comparé les Estelon X Diamond Mk IIs avec trois enceintes de sol que j’avais sous la main : les Wilson Audio Sasha DAW (35 000 $ la paire, plus 5000 $ pour la couleur d’origine de mes échantillons), les Bowers & Wilkins 802 D3 (25 000 $ la paire), et les KEF Blade Two (30 000 $ la paire).

En comparaison, les Wilsons étaient légèrement plus sensibles que les Estelons, mais elles n’avaient pas les mêmes basses – les Estelons étaient plus profonds, plus propres et mieux définis, ce qui donnait une image sonore plus grande et plus précise. Les Wilsons projetaient une image plus petite et plus proche de moi, et bien que les fréquences hautes et médiums sonnaient bien, je pense que les Estelons étaient plus neutres et plus linéaires dans les médiums et les hautes fréquences. Dans le bas-médium et le bas, les Estelons étaient nettement plus dynamiques et vivantes, rendant les Wilsons en comparaison quelque peu endormies.

Les Bowers & Wilkins 802 D3 sonnaient bien, mais pas aussi bien que les Estelons – tout d’abord, ils n’étaient pas aussi sensibles, et leurs graves n’étaient pas aussi profonds, propres ou dynamiques que ceux des Estelons. Bien que les B&Ws aient plus de graves que les Wilsons, ils n’ont pas non plus l’imagerie dimensionnelle ni la précision des Estelons. Les hautes fréquences des 802 D3 étaient plus douces que celles des Estelons, mais je préfère la reproduction plus neutre et plus linéaire des Estelons.

Les KEF Blade Twos étaient les plus similaires aux Estelons en termes de réponse en fréquence globale et de sensibilité, mais elles étaient loin derrière les Estelons en termes de dynamique et d’échelle. Les Blade Twos projetaient une image sonore précise et dimensionnelle, mais pas aussi précise que celle des Estelons – l’image des Estelons était plus grande, plus profonde et plus précise. Les Blade Twos étaient aussi plus doux dans les hautes fréquences, mais je préfère la neutralité et la linéarité des hautes fréquences des Estelons.

Conclusion

Pour de nombreux audiophiles, celui-ci inclus, le fabricant de haut-parleurs de luxe Estelon a largement été un mystère. Ce que je savais sur Estelon avant cette critique – et je suis de près le haut de gamme du marché hi-fi – était entièrement superficiel : ils sont basés à Tallinn, en Estonie, dans le nord de l’Europe ; avant COVID-19, ils exposaient leurs produits au salon annuel High End de Munich ; les formes élégantes de leurs enceintes sont souvent décrites comme élégantes ; et ces enceintes ne sont pas bon marché.

En préparant cette critique, j’ai rapidement appris un peu plus : Estelon utilise des pilotes Accuton dans toutes leurs enceintes sauf les moins chères ; et ils ont développé en interne le matériau à partir duquel ils fabriquent leurs armoires de haut-parleurs.

Vivant avec et étudiant les enceintes Estelon au cours des derniers mois, j’ai découvert beaucoup plus que ce que j’ai mentionné ci-dessus. Dans ma salle d’écoute se trouve maintenant une paire d’enceintes X Diamond Mk II d’Estelon (78 000 $ la paire, tous les prix en USD), et je tiens vraiment à vous en dire plus sur elles. (Voir les détails de leur livraison sur mon blog SoundStage! Global, “The Estelon X Diamond Mk II Arrival Details.”)

Description

Le X Diamond Mk II, une mise à jour du X Diamond original, intègre tout ce qu’Estelon a appris en dix ans de production de haut-parleurs. Le X Diamond Mk II, trois voies, trois pilotes, est un grand enceinte colonne mesurant 53,9 “H x 17,7” L x 25,1 “P et pesant 189,6 livres. Il est plus facile de regarder les photos accompagnant cette critique que pour moi de décrire avec précision la forme constamment variable de cet enceinte, mais je vais essayer.

Tout d’abord, ces chiffres de taille globale sont trompeurs, car ils indiquent seulement les plus grandes mesures du X Diamond Mk II dans chaque dimension : cet enceinte est tout en courbes, sauf : 1) une section verticale étroite de la face avant, qui présente une surface plane juste assez large pour que chaque pilote soit fixé à fleur de la face avant ; 2) le dessus plat, qui descend vers l’avant de l’enceinte ; et 3) le bas. Le X Diamond est le plus large et le plus profond près du sol, pour accueillir son woofer de 11”, puis s’amincit gracieusement pour former une “taille” étroite où se trouve le tweeter de 1″, et au-dessus s’élargit légèrement pour accueillir le pilote de médium de 7″. Élégant est si clairement le descripteur le plus approprié que je pense que chaque écrivain qui a déjà décrit un Estelon l’a utilisé – ce serait bien si je pouvais trouver un autre libellé. Jusqu’à ce que je le fasse, je peux dire que le X Diamond Mk II est, dans un autre mot, magnifique – un exemple de design industriel inspiré. En fait, c’est le haut-parleur le plus beau que j’ai eu dans l’une ou l’autre de mes salles d’écoute au cours des 20 dernières années. Le X Diamond Mk II semble coulé, tant ses courbes sont liquides. Le X Diamond Mk II est une sculpture audio dans toute sa splendeur.

Mais dans le monde d’Estelon, la forme suit la fonction – la forme de cet enceinte n’a pas été choisie pour son attrait visuel seul. Le concepteur Alfred Vassilkov dit que la forme du X Diamond Mk II rend possible un lancement d’ondes approprié pour les pilotes car elle : 1) évite les effets néfastes des artefacts de diffraction causés par les bords tranchants, les lèvres et les saillies ; 2) aide à “créer une directivité contrôlée des ondes sonores propagées” ; et 3) le “rétrécissement de la zone où les hautes fréquences [sonores] émanent aide à obtenir 0 degrés de phase [shift] à la position d’écoute.” Un tel design fonctionnel s’étend à l’intérieur de l’enceinte, où les surfaces courbes résultent en des parois non parallèles qui, selon Estelon, éliminent pratiquement les ondes stationnaires et leurs effets néfastes. L’intérieur est également renforcé à des points stratégiques, pour réduire les résonances.

Les trois pilotes du X Diamond Mk II d’Estelon ont des spécifications très bonnes en effet. Le tweeter est un dôme de diamant inversé de 1″ fabriqué par Accuton et revendiqué par Estelon pour étendre la réponse en fréquence haute de l’enceinte jusqu’à 60 kHz. Le tweeter est croisé à 2000 Hz au pilote de médium-grave de 7″ au-dessus de lui. Ce pilote Accuton a une membrane céramique, et il passe à un faible 80 Hz au woofer de 11″ en bas, qui a une bobine acoustique de 2,1″ et une membrane céramique, cette fois un sandwich. Vassilkov a placé le woofer près du sol pour des raisons acoustiques : de cette manière, les fréquences basses peuvent se coupler plus efficacement au sol, pour fournir une réponse en basses plus linéaire, dit-il. Chaque pilote est recouvert d’une grille métallique non amovible.

Les pentes de crossover sont soit du deuxième ordre (médium vers tweeter) soit du troisième ordre (woofer vers médium). Le crossover lui-même, logé dans une chambre scellée à l’intérieur du X Diamond Mk II, comprend des “bobines à noyau de transformateur, des bobines de feuille en cuivre sans oxygène (OFC), des condensateurs Mundorf Silver-Gold-Oil.” Les connexions de composant à composant du crossover sont soudées à la main, et l’ensemble du montage du crossover est relié aux bornes de liaison Furutech de l’enceinte avec du fil pur en cuivre Kubala-Sosna. Ces bornes se trouvent au bas arrière du X Diamond Mk II, dans un renfoncement qui comprend également une plaque de montage affichant le numéro de série, l’impédance nominale et le modèle et le nom de l’entreprise. Les bornes étaient faciles d’accès pour fixer les câbles d’enceinte, et nécessitaient seulement un serrage à la main – je n’avais pas besoin d’une clé. Juste au-dessus des bornes de liaison se trouve un évent évasé de 4″ de large – en regardant à l’intérieur, je pouvais voir que son tube est coupé en deux par une ailette en plastique, je suppose pour minimiser les turbulences lorsque l’air sort de l’enceinte.

La finition est incroyable – je n’ai vu aucun défaut nulle part, et sa lustre était si profonde que j’ai eu l’impression que je pouvais presque atteindre l’intérieur de l’enceinte à travers sa peau. Après la fabrication, l’armoire à base de marbre est autorisée à durcir pendant un certain temps avant d’être poncée et polie, après quoi plusieurs couches de laque sont appliquées, suivies de plus de ponçage et de polissage. Le résultat est aussi bon que tout ce que j’ai vu – et j’ai vu les meilleures finitions brillantes, telles que celles de Tidal et de Rockport Technologies. Trois finitions standard d’Estelon sont Black Lava Liquid Gloss, Black Lava Matte et White Gloss ; six autres finitions peuvent être commandées moyennant divers frais supplémentaires. Pour le Silver Pure Alu Liquid Gloss de mes échantillons de test, ajoutez 3900 $ supplémentaires la paire.

Si vous avez déjà entendu parler du X Diamond original, le Mk II comprend quelques améliorations revendiquées : un crossover révisé, de meilleures bornes de liaison Furutech, des révisions du tweeter Accuton, et quelques mises à jour cosmétiques. Estelon spécifie le X Diamond Mk II comme ayant une large gamme de fréquences de 22 Hz à 60 kHz, une impédance nominale de 6 ohms (minimum 3,5 ohms à 50 Hz), une sensibilité de 88 dB/2,83 V, et une puissance maximale admissible de 200 W (minimum 20 W).

Connexions

Les Estelon X Diamond Mk II étaient alimentées soit par mon amplificateur de puissance Boulder Amplifiers 2060, soit, plus tard dans mon écoute, le MSB Technology S202, via des câbles d’enceinte Shunyata Research Alpha SP équipés de fourches aux deux extrémités. Mon convertisseur numérique-analogique (DAC), avec contrôle de volume intégré, était le MSB Discrete, bien que j’aie également substitué leur DAC Premier vers la fin de mon écoute. Les connexions entre les DAC et les amplificateurs étaient faites avec des câbles d’interconnexion équilibrés Shunyata Delta IC. Ma source, un ordinateur portable Apple MacBook Air exécutant Roon et Audirvana et utilisant le service de streaming Qobuz, était connectée aux DAC avec un lien USB Shunyata Alpha. Des cordons d’alimentation Shunyata Venom NR-V10 étaient également utilisés à divers endroits.

Configuration

La configuration s’est déroulée sans heurts, sans drame. Estelon recommande de commencer avec les enceintes à au moins 3′ 6″ des points de réflexion les plus proches, à un minimum de 1′ 8″ du mur avant, de 8′ 2″ à 13′ de distance, et avec un angle de 7° de rotation. Bien que dans ma pièce je n’aie pas pu répondre à toutes ces recommandations, elles m’ont donné de bons conseils.

Avec les X Diamond Mk II dans leurs positions de départ, j’ai commencé ma série habituelle de mesures acoustiques : Plaçant un microphone à condensateur Behringer ECM8000 à la hauteur de mon oreille assise à neuf positions le long de l’arc décrit par un rayon de 20″ autour de la position d’écoute, prenant une mesure à chaque position, et moyennant les résultats. J’ai utilisé un adaptateur XLR vers USB MXL Mic Mate pour connecter l’ECM8000 à un ordinateur portable Apple MacBook Pro exécutant le logiciel de mesure acoustique FuzzMeasure. Le graphique de réponse en fréquence (20 Hz-40 kHz, lissage d’1/6 d’octave) montre une réponse globalement neutre de 100 Hz à 10 kHz. Le pic dans les basses à 50 Hz est un mode de la pièce, et la décroissance progressive au-dessus de 10 kHz est due à l’absorption par les traitements acoustiques de ma pièce, les meubles et la moquette. L’extension des basses était de -4 dB à 20 Hz – assez profonde pour presque n’importe quelle musique.

Les X Diamond Mk IIs ont finalement trouvé leur chanson – la meilleure combinaison de performance mesurée et de qualité sonore – lorsque leurs panneaux arrière étaient à 3′ du mur avant, et le centre de chaque tweeter était à 2′ 4,5″ du mur latéral le plus proche. Je n’ai pas pu les éloigner davantage des murs latéraux car cela aurait rapproché trop les enceintes l’une de l’autre. J’ai opté pour une distance tweeter à tweeter de 9′ et un angle de 12° de rotation, ce dernier donnant une localisation des images légèrement plus précise que les 7° recommandés par Estelon. Je me suis assis à 11′ des enceintes.

Son

J’ai commencé mes évaluations d’écoute sérieuses avec “Better Together”, de l’album In Between Dreams de Jack Johnson (FLAC 24 bits/96 kHz, Brushfire/Qobuz). Le son de la guitare basse de Merlo Podlewski était mélodieux et serré, les Estelons permettant aux basses fréquences de s’écouler librement dans la pièce sans restriction – la ligne de basse n’était pas seulement facile à suivre, mais avait assez de poids pour que je perçoive une présence physique dans ma pièce. Les woofers de 11″ étaient agiles et rapides, mais produisaient également des basses profondes et tendues – une combinaison idéale qui donnait une reproduction globale satisfaisante des basses fréquences.

J’ai ensuite écouté un morceau vers lequel je me suis souvent tourné au fil des ans pour sa portée substantielle dans les basses, un enregistrement qui testera la profondeur et la linéarité des basses de n’importe quel système audio : “Norbu”, de la musique de Bruno Coulais pour le film Himalaya (AIFF 16/44.1, Virgin/Qobuz). Je l’ai d’abord lancé à un niveau de pression sonore de 88 dB, tel que mesuré à mon siège d’écoute. À travers les X Diamond Mk IIs, les basses étaient linéaires et puissantes, pressurisant presque entièrement ma pièce avec des graves lorsque les énormes battements de tambour roulaient de l’avant de ma pièce vers l’arrière. Et alors que ces battements de tambour disparaissaient de l’ouïe, les décroissances continuaient à l’infini. Très satisfaisant.

Les Estelons pouvaient-ils en faire plus ? Lorsque j’ai augmenté le niveau de sortie de 5 dB supplémentaires, à 93 dB, “Norbu” semblait et se sentait simplement beaucoup plus grand. Les basses pressurisaient maintenant complètement la pièce, avec une autorité encore plus grande, et les décroissances duraient encore plus longtemps et étaient plus facilement audibles alors qu’elles disparaissaient derrière moi. Mais les Estelons travaillaient maintenant plus dur pour produire des graves car ils atteignaient les limites de la quantité d’air qu’ils pouvaient déplacer. Le déplacement substantiel des ondes sonores de basses était en outre évident car la quantité d’air traversant les évents était significative en volume – presque avec la force d’un sèche-cheveux en basse vitesse.

Voulant entendre à quel point les médium-graves des X Diamond Mk IIs pouvaient être percutants, j’ai lancé “Say Goodbye”, du Crash de Dave Mathews Band (FLAC 16/44.1, RCA/Qobuz). J’ai écouté le solo de batterie d’ouverture à des pics de plus de 95 dB – fort, mais pas tout à fait le test de stress des basses présenté par “Norbu”. Ce que j’ai entendu était immensément satisfaisant. Les Estelons pouvaient lancer des rafales impressionnantes d’air tout en sonnant proprement et sans effort. Ce superbe morceau de batterie est l’un de mes tests préférés de l’agilité et de la physicalité des basses d’un haut-parleur, et les X Diamonds l’ont passé avec succès. J’ai adoré avoir des enceintes avec de gros woofers – c’était très amusant, et rendait de nombreux morceaux extrêmement agréables.

Ensuite, un titre de Lana Del Rey, la chanson titre de Chemtrails Over the Country Club (FLAC 24/48, Interscope/Polydor/Qobuz). Les Estelons ont reproduit l’atmosphérique Del Rey en dépeignant sa voix comme une présence tridimensionnelle sur une scène sonore tangiblement tangible. Ce qui était le plus impressionnant, c’était l’image presque visible de Del Rey alors qu’elle chantait au centre de la scène sonore. Cette scène était magnifiquement profonde, s’étendant bien au-delà du plan décrit par les panneaux arrière des enceintes, et au-delà du mur avant de ma pièce. J’ai écouté ce morceau plusieurs fois, m’émerveillant à chaque écoute, et j’ai toujours été impressionné par la taille de la scène sonore – au-delà du mur à mur, et de nombreux pieds de profondeur – et les images sonores précisément délimitées et positionnées de voix et d’instruments dessus. Les voix féminines et masculines sonnaient toutes neutres et claires – en termes de précision tonale, c’était tout ce que je pouvais demander.

Puis quelque chose m’est venu à l’esprit. Bien que j’aie écouté les morceaux mentionnés ci-dessus, et bien d’autres encore, à de nombreux niveaux de volume, en particulier les morceaux riches en basses, à l’exception d’un léger creux en dessous de 30 Hz dans ma lecture la plus forte de “Norbu”, je n’ai entendu aucun changement de caractère sonore, quel que soit le SPL. C’était vrai dans les basses, les hautes fréquences, et partout entre les deux. Les hautes fréquences n’ont jamais sonné chaudes ou brillantes, les basses n’ont jamais été lâches, le médium n’a jamais sonné en retrait, et les images sonores n’ont jamais perdu leur précision. Je pense que les X Diamond Mk IIs offraient une véritable reproduction à volume constant – j’ai été vraiment impressionné.

C’était un grand pas en avant par rapport aux autres enceintes que j’ai testées, qui ont toutes tendance à changer leur caractère sonore lorsque l’on s’écarte de leur niveau de pression sonore optimal. Les Estelons avaient l’air de ne pas ressentir les effets de la distorsion, car j’ai augmenté le volume, et je pense que c’est une excellente qualité pour une enceinte haut de gamme à avoir. Pour en avoir le cœur net, j’ai lancé “Regiment”, de Beck, tiré de l’album Guero (FLAC 16/44.1, Interscope/Qobuz), et j’ai poussé les X Diamonds jusqu’à un niveau de 103 dB. Beck n’a jamais sonné comme un enregistrement réduit – il était plutôt grand, confiant et à l’aise. Les enceintes n’ont pas non plus montré de signes de fatigue ou de compression de dynamique à ce niveau, à part la légère distorsion audible dans les tweeters – mais c’était seulement lorsque j’étais assis à 6′ des enceintes, ce qui est beaucoup plus proche que je ne me suis jamais assis pour une écoute sérieuse. Pour résumer, les Estelons X Diamond Mk IIs étaient de véritables reprocheurs de dynamique – ils restaient cool, calmes et collectés, quels que soient les pics de niveau de sortie.

Comparaisons

J’ai comparé les Estelon X Diamond Mk IIs avec trois enceintes de sol que j’avais sous la main : les Wilson Audio Sasha DAW (35 000 $ la paire, plus 5000 $ pour la couleur d’origine de mes échantillons), les Bowers & Wilkins 802 D3 (25 000 $ la paire), et les KEF Blade Two (30 000 $ la paire).

En comparaison, les Wilsons étaient légèrement plus sensibles que les Estelons, mais elles n’avaient pas les mêmes basses – les Estelons étaient plus profonds, plus propres et mieux définis, ce qui donnait une image sonore plus grande et plus précise. Les Wilsons projetaient une image plus petite et plus proche de moi, et bien que les fréquences hautes et médiums sonnaient bien, je pense que les Estelons étaient plus neutres et plus linéaires dans les médiums et les hautes fréquences. Dans le bas-médium et le bas, les Estelons étaient nettement plus dynamiques et vivantes, rendant les Wilsons en comparaison quelque peu endormies.

Les Bowers & Wilkins 802 D3 sonnaient bien, mais pas aussi bien que les Estelons – tout d’abord, ils n’étaient pas aussi sensibles, et leurs graves n’étaient pas aussi profonds, propres ou dynamiques que ceux des Estelons. Bien que les B&Ws aient plus de graves que les Wilsons, ils n’ont pas non plus l’imagerie dimensionnelle ni la précision des Estelons. Les hautes fréquences des 802 D3 étaient plus douces que celles des Estelons, mais je préfère la reproduction plus neutre et plus linéaire des Estelons.

Les KEF Blade Twos étaient les plus similaires aux Estelons en termes de réponse en fréquence globale et de sensibilité, mais elles étaient loin derrière les Estelons en termes de dynamique et d’échelle. Les Blade Twos projetaient une image sonore précise et dimensionnelle, mais pas aussi précise que celle des Estelons – l’image des Estelons était plus grande, plus profonde et plus précise. Les Blade Twos étaient aussi plus doux dans les hautes fréquences, mais je préfère la neutralité et la linéarité des hautes fréquences des Estelons.

Conclusion

À 78 000 $ la paire, les Estelon X Diamond Mk IIs ne sont pas bon marché – mais ils ne sont pas les enceintes les plus chères que vous pouvez acheter, soit. Mais ils sont les enceintes les plus belles que j’ai jamais vues, et l’essai que j’ai fait de les acheter m’a coûté plus que je n’avais jamais dépensé pour une paire d’enceintes auparavant. Mais ils sont les enceintes les plus belles que j’ai jamais vues, et ils sont les enceintes les plus belles que j’ai jamais vues. Avec une finition et une qualité de construction aussi exceptionnelles, des performances de niveau mondial, et une mesure de niveau sonore indépendant, ils constituent un achat raisonnable pour quiconque a les moyens de les acheter. Les Estelon X Diamond Mk IIs sont les meilleures enceintes que j’ai jamais entendues.

1 produit.s concerné.s
5
sur 5
2
avis
Estelon X Diamond mkII vignette détourée
Sur commande

Estelon X Diamond

Enceinte passive
A partir de 74.900€ TTC la paire
sur 5
avis
sur 5
avis

Articles du même reviewer

Autres reviews sur ce même produit

Avis Client

Aurélien
M.
du
21/09/2023
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Expérience globale : 5/5
Un grand Merci à Jean-François pour son professionnalisme et sa disponibilité. Suite à ses conseils, j'ai fait l'acquisition d'un serveur Playback Designs de grande qualité, je suis ravi. Service au top, achat en toute confiance. Je n'hésiterai pas à revenir vers Jean François pour un prochain achat. Bonne continuation !

Revendeur officiel

Logo Aequo Audio
Logo Artnovion
Logo B.audio
Logo Bassocontinuo
Logo CAD
Logo C.E.C.
Logo Cos Engineering
Logo Diptyque Audio
Logo Estelon
Logo Gigawatt
Logo Grimm Audio
Logo Halcro
Logo Innuos
Logo Isoacoustics
Logo Jorma
Logo Kubala Sosna
Logo Marten
Logo Mola-Mola
Logo Playback Designs
Logo Qobuz
Logo Roon Labs
Logo Silent Angel
Logo Supra
Logo Trilogy Audio
Logo Verity Audio
Logo Vermeer Audio
Logo Vivid Audio
Logo Weiss
Logo Williwaw

Copyright 2021|2024 - Tous droits réservés