Logo The Absolute Sound
The Absolute Sound
USA
Textes originaux en anglais

Le X Diamond est l'enceinte la plus parfaite que j'ai entendu

Distinction décernée dans cet article :

Voici ce qu’il en est des haut-parleurs à pilote en céramique que j’ai examinés par le passé. À des niveaux de pression acoustique faibles à modérés ou sur de la musique interprétée pianissimo à mezzoforte, ils ont toujours été merveilleux pour reproduire les moindres détails qui vous indiquent quels instruments sont en train de jouer, comment ils sont joués, dans quelle salle ou lieu ils jouent (et où se trouvent les musiciens dans cette salle), et à quel point ils ont été enregistrés de manière réussie ou infructueuse. En d’autres termes, les céramiques sont capables d’une résolution semblable à celle des électrostatiques précisément là où les électrostatiques brillent : à des volumes faibles à modérés. Cela peut ne pas sembler être une grande réalisation si vous avez l’habitude d’écouter de la musique classique, du jazz ou du rock à grande échelle à des niveaux assourdissants. Mais, croyez-moi, il n’y a pas beaucoup d’autres haut-parleurs qui peuvent reproduire le côté relativement doux avec une douceur réaliste sans perte significative de détails musicaux ou de performance. Presque tous les cônes non céramiques et tous les plans doivent être rehaussés d’un cran ou deux pour résoudre les détails de bas niveau avec quelque chose approchant cette même transparence, résolution et réalisme, et bien sûr, augmenter le volume pour entendre les passages doux plus clairement transforme de facto les pianissimos en pianos, comprimant ainsi la plage dynamique du côté doux (et rendant les passages forts plus forts qu’ils ne devraient l’être).

À des niveaux de pression acoustique faibles à modérés, les haut-parleurs à pilote en céramique ont une autre vertu importante. Ils sont extrêmement neutres et linéaires. Une fois de plus, comme certains (pas tous) des électrostatiques, ils ajoutent moins de “couleur” significative à leurs instruments et à l’espace dans lequel ils jouent que d’autres haut-parleurs à cône, créant un champ sonore qui ne sonne pas “noir”. (Je n’ai jamais vraiment compris l’utilisation de ce mot comme une recommandation dans ce contexte, ou des mots “gris” ou “blanc”. Je reviendrai cependant sur ce point dans un instant.) À des volumes de lecture faibles à modérés, les céramiques peuvent approcher la neutralité et la transparence du verre (ou de l’air).

Maintenant, voici le hic : la musique n’est pas seulement jouée pianissimo à mezzoforte ou destinée à être jouée à de tels niveaux relativement faibles. Augmentez suffisamment le volume (c’est-à-dire des niveaux de pression acoustique moyens de 85 à 90 dB et plus) et les vertus des haut-parleurs à pilote en céramique deviennent considérablement moins vertueuses. Leur neutralité, que je viens de louer, peut se transformer en maigreur et en luminosité qui privent les instruments de leur poids naturel, de leur puissance et de leur couleur tonale. Ce qui semble se passer ici, c’est une résonance de type ancien (des modes de rupture qui provoquent une distorsion et une compression audibles à mesure que les diaphragmes sont progressivement sollicités), induite en partie par le fait que les cônes en céramique, bien qu’ils soient des modèles de mouvement piston dans leurs bandes passantes, manquent des qualités d’amortissement automatique des cônes fabriqués dans différents matériaux stratifiés (comme la fibre de carbone et le Rohacell). En effet, je crois comprendre que cette résonance était la raison pour laquelle Accuton (le fabricant de presque tous les cônes en céramique) a commencé à mettre ces petits trous découpés au laser dans ses haut-parleurs, pour fournir une certaine ventilation de l’onde arrière afin de réduire la résonance, la distorsion et la compression hors bande passante (et en bande passante) sur de grands déplacements de diaphragme.

Mais que diriez-vous si je vous disais que, récemment, j’ai entendu un haut-parleur à pilote en céramique qui résout ou améliore considérablement le problème de la dynamique à grande échelle/haute pression acoustique qui, il y a seulement quelques années, faisait partie intégrante de l’expérience céramique ?

Eh bien, faites connaissance avec l’Estelon X Diamond – un magnifique haut-parleur colonne de trois voies en forme de sablier, haut de quatre pieds et demi, avec un pilote en céramique, en provenance de ce foyer de la technologie et de la fabrication de haut-parleurs, Tallinn, en Estonie.

Pour être honnête, avant l’arrivée des Estelon X Diamonds, les haut-parleurs de classe mondiale n’étaient pas la première chose à laquelle je pensais quand je pensais à Tallinn, en Estonie. Cela tient en grande partie au fait qu’avant l’arrivée des Estelons, il n’y avait pas de première chose qui me venait à l’esprit quand je pensais à Tallinn, en Estonie. Mais surprise, surprise ! Il s’avère que l’ingénierie audio brillante ne se limite pas aux suspects habituels de Grande-Bretagne, d’Europe occidentale, du Pacifique ou du bon vieux U.S. of A. Alfred Vassilkov, ingénieur basé à Tallinn et l’auteur du X Diamond et la force motrice derrière Estelon, est un concepteur hautement éduqué (il est diplômé de la même université que Vladimir Lamm et d’autres émigrés audiophiles célèbres de l’Union soviétique), un concepteur lauréat de multiples prix, sérieux dans sa volonté de créer les produits les plus fidèles possibles et équipé intellectuellement, expérientiellement et artistiquement pour le faire. Pensez à lui comme à l’Alon Wolf (également un émigré) de l’Estonie.

Comment Vassilkov a résolu le dilemme de la céramique est une histoire intéressante. Pour commencer, comme quelqu’un d’autre que nous connaissons bien par ces pages, il lui est venu à l’esprit que les enceintes qui “jouent le jeu” avec leurs pilotes – renforçant ainsi les défaut

s du point de croisement (comme, oh, une chute de 7 dB entre un médium et un tweeter) ou la résonance hors bande (comme, oh, ces mêmes pilotes carillonnant ensemble comme un Big Ben ultra-haute fréquence à 15 kHz) – sont des choses mauvaises. Vassilkov a passé cinq ans à développer sa solution : une enceinte magnifiquement sculptée en forme de sablier conçue pour présenter les pilotes sans surfaces internes ou externes parallèles, tout en fournissant également une baffle étroite et arrondie pour le tweeter (situé au milieu de l’enceinte, à la “taille” du sablier) pour obtenir une distorsion de phase nulle à la position d’écoute, et des rayons progressivement plus grands pour le médium (situé au-dessus du tweeter) et le woofer (situé en dessous) pour fournir la même dispersion idéale de chaque pilote et la même réponse de phase uniforme à la position d’écoute.

Pour faire de cette “boîte” complexe et hautement ingénieuse le mélange parfait de rigidité, de masse et d’amortissement, Vassilkov a expérimenté avec de nombreux matériaux, se fixant finalement sur un composite à base de marbre concassé et d’acrylique qui peut être transformé en bouillie, versé dans un moule (très cher), moulé sous la forme d’une enceinte de haut-parleur artistiquement sculptée (avec de longrines internes de renfort pour casser les nœuds de résonance et les ondes stationnaires), laissé vieillir, puis enduit à la main à l’intérieur avec des couches de matériaux d’amortissement et à l’extérieur avec des couches de laque. Toujours à l’intérieur, des chambres en fibre de carbone à couche contrainte séparées avec des parois latérales non parallèles fournissent des environnements idéaux pour les pilotes de médium et de tweeter.

En parlant de pilotes, Vassilkov est parfaitement conscient des “inconvénients” des cônes en céramique, mais croit que leurs avantages (du moins dans leurs dernières versions – Accuton a considérablement amélioré ses cônes en céramique et ses moteurs magnétiques) l’emportent sur leurs défauts, en raison de leur haute linéarité dans leurs bandes passantes. En n’utilisant que les cônes Accuton les plus récents et les meilleurs – et des paires très sélectionnées et exceptionnellement étroitement appariées de chacun (Vassilkov passe au crible des centaines de ces pilotes et ne garde que les rares qui répondent à ses tolérances et normes) – les mettant dans une enceinte scientifiquement conçue pour ne pas aggraver leurs problèmes en “chantant” ou en introduisant des problèmes de phase/dispersion/diffraction, ventilant leurs éléments mobiles pour assurer une réponse “sans résonance”, et utilisant des filtres de coupure électriquement simples de deuxième ordre (avec des condensateurs hybrides en téflon et des inductances à noyau d’air enfermés dans des chambres en fibre de carbone à couche contrainte séparées), il a cherché à éliminer le problème de résonance/compression céramique. Dans quelle mesure il a réussi – et il a réussi, eh bien – nous allons y venir dans un paragraphe ou deux.

Vassilkov a fait quelque chose d’autre plutôt audacieux. Alors que son woofer sandwich de 11″ et son médium/woofer à membrane de 7″ utilisent des diaphragmes céramiques “conventionnels” (bien que très sélectionnés), il a choisi d’utiliser un tweeter à dôme inversé en diamant de 1,2″ pour la plage des aigus. Malgré leur supériorité technique indéniable, j’ai généralement eu l’impression que les tweeters en diamant se démarquent comme des pouces douloureux en diamant. Oui, ce sont des transducteurs incroyables en eux-mêmes, capables d’une résolution exceptionnelle, d’une largeur de bande et d’une faible distorsion. Le problème est que je les ai toujours entendus “en eux-mêmes”, comme des parties audibles séparées et séparables de la présentation. Entendre un pilote – qu’il soit en diamant, en ruban ou en béryllium – comme un élément séparé viole ma première règle de haute fidélité, qui est qu’un haut-parleur (ou tout composant de lecture) a pour obligation première de disparaître en tant que source sonore. Les pilotes en diamant n’ont pas fait ça.

Non plus, à quelques exceptions près, les woofers en enceintes bass-reflex – et les X Diamonds en ont (conçus par Vassilkov, évidemment). Bien que j’aie entendu ma part d’enceintes à évent qui ne semblaient pas avoir le pic d’évent habituel (suivi de cette pente de 24 dB/octave en dessous de, oh, 50 Hz environ), j’ai généralement préféré les woofers dans des enceintes closes bien conçues, simplement parce que les basses tendent à aller plus loin de manière plus linéaire et je n’entends pas l’interface pilote/enceinte de la même manière qu’avec des modèles à évent.

Ajoutez tout cela et malgré le temps, le soin et la puissance cérébrale qu’Alfred Vassilkov a consacrés à son enceinte incroyablement haute technologie, l’attention incroyablement pointilleuse qu’il a portée à la sélection, au montage et à l’amortissement des pilotes, les nombreux prix d’ingénierie qu’il a remportés en Europe, et les expériences très positives que j’avais eues en écoutant les Estelons lors de divers salons ici et à l’étranger, mes attentes quant à une écoute à domicile des X Diamonds n’étaient pas très élevées. Je pensais – en dépit de l’art et de la science de Vassilkov – que ces pilotes en céramique sonneraient toujours et comprimeraient, que les basses éventées feraient boum, et que le tweeter en diamant

arracherait ce qu’il reste de mes oreilles. Cependant, comme je l’ai déjà laissé entendre, je ne pouvais pas avoir plus tort.

Permettez-moi de dire tout de suite ceci : L’Estelon X Diamond est le haut-parleur tout-cône le plus parfaitement cohérent en phase que j’ai entendu chez moi. À part un Maggie ou un mini comme le Raidho C 1.1, j’en ai rarement entendu de semblables (et l’un est une source en ligne et l’autre un deux voies monté sur pied). Non seulement le X Diamond défie les attentes en sonnant comme une seule chose sans couture du bas des basses (et ses basses vont très, très profondément – dans la plage de 20 à 30 Hz – et le font avec une définition, une prise, une couleur et une clarté superbes) au haut des aigus (absolument aucun pouce douloureux ici), mais c’est le premier haut-parleur tout-cône à plusieurs voies que j’ai entendu qui non seulement disparaît complètement en tant que source sonore mais parvient à remplacer sa présence par la présence de la pièce ou du lieu dans lequel l’enregistrement a été fait. Comme les Maggies ou les mbls, l’Estelon X Diamond sculpte simplement un espace ambiant différent à l’intérieur de l’ambiance de votre salle d’écoute et disparaît en elle. Cet espace s’étend, comme avec un enregistrement stéréo classique A/B gauche-droite comme Four Strong Winds d’Ian et Sylvia [Vanguard], ou se contracte, comme avec l’excellent enregistrement monophonique du Concerto pour violoncelle angoissant de Penderecki [Muza] superbement joué par le grand violoncelliste Siegfried Palm, selon ce que dicte la source. Mais que la scène soit étroite ou large, peu profonde ou profonde, tronquée ou haute comme le ciel, les X Diamonds ne semblent tout simplement pas “la projeter” (ou aucune de ses parties) à partir de la boîte ou des pilotes. La seule autre fois où j’ai eu cette expérience avec un gros haut-parleur tout-cône (enfin, cône et ruban) était avec le Scaena 3.4 au CES il y a quelques années. Les X Diamonds sont aussi autonomes et aussi “absents”.

Je sais que j’ai déjà fait cette affirmation à propos d’un “tour de magie qui disparaît”, par exemple avec le Magico Q5. Mais, comme notre cher M. Pearson avait l’habitude de dire, on ne sait pas que quelque chose est mieux jusqu’à ce qu’on entende quelque chose de mieux. Dans son “tour de magie qui disparaît”, du moins en tant qu’objet physique relativement grand, l’Estelon X Diamond établit une nouvelle norme, chez Valin, pour les gros haut-parleurs tout-cône à plusieurs voies.

Pourquoi cela devrait-il être le cas ? Pour répondre à cela, laissez-moi revenir à quelque chose que j’ai dit il y a un paragraphe sur les X Diamonds ne semblant pas projeter leur scène sonore (ou aucune de ses parties) à partir d’une boîte ou de pilotes. Avec de grands haut-parleurs tout-cône à plusieurs voies – même les grands – vous avez parfois l’impression qu’une note ou une hauteur particulière (en particulier dans les aigus) “vient de” un pilote ou (surtout dans les basses) une boîte. Warren Gehl d’Audio Research appelle cela l'”effet d’ouverture”. Ce que cela signifie, c’est le revers d’un transducteur source ponctuelle et d’une enceinte. Je ne sais pas si je peux expliquer cela clairement (et je ne peux certainement pas le faire scientifiquement), mais l’effet est assez facile à entendre si vous écoutez attentivement. Dans la vraie vie, les instruments sont en effet des sources ponctuelles, mais ils rayonnent leur son à partir de ce “point” de manière sphérique dans trois cent soixante degrés. Avec les systèmes stéréo, les basses fréquences profondes sont dispersées plus ou moins sphériquement, mais les fréquences plus élevées ne le sont pas. Elles ne se comportent pas comme des “sphères pulsantes” mais plutôt comme des rayons hémisphériques ou quasi-hémisphériques en expansion. Parce qu’ils sont “rayonnants”, il y a des moments où de petites irrégularités dans la réponse en fréquence ou en phase ou les effets de distraction, de dispersion, de réflexion ou de distorsion vous permettent de les tracer jusqu’à leur source – jusqu’à ce “point” dans l’espace d’où ils proviennent (le pilote ou la boîte).

Je ne parle pas seulement de distorsions grossières et persistantes comme les basses “monotones” ou les aigus perçants ici. Je parle de (ou j’essaie de parler) des façons subtiles dont un pilote ou une enceinte, en service ou hors service, se révèle dans la lecture. Chaque fois que votre oreille trace une note ou un groupe de notes jusqu’au haut-parleur, aussi brièvement soit-elle, l’illusion que la présentation est une chose “autonome”, se produisant dans un espace qualitativement différent de celui de votre salle d’écoute, est gâchée. Si cela se produit assez souvent, vous commencez à perdre votre concentration sur la musique (ou moi, je le fais).

Que ce soit à cause de son enceinte hautement ingénieuse, sculptée, exceptionnellement “invisible” (et la forme de l’enceinte est un facteur que je n’avais pas considéré comme crucial avant le X Diamond – je ne ferai pas cette erreur à nouveau), de son mélange ultra-lisse de pilotes hautement neutres et exceptionnellement linéaires, ou d’une combinaison des deux, le X Diamond ne brise pas le charme d’écouter de la musique qui semble être jouée dans un espace et un temps différents de ceux de votre pièce actuelle. C’est un exploit incroyable de maîtrise d’ingénierie qui donne une stéréo merveilleuse.

Le X Diamond ne serait pas aussi spécial qu’il l’est s’il n’était pas également capable d’une résolution exceptionnelle des détails internes, de basses superbes (les plus profondes, les plus plates, les moins colorées et les mieux définies que j’aie entendues

à la maison), de moyennes fréquences pleines, douces, timbrées et équilibrées (sans le moindre des pilotes à l’avant, au milieu ou à l’arrière, projetant une dureté, une rudesse, une rugosité, une irrégularité ou une désintégration), et d’aigus aériens, rapides, étendus, détaillés et totalement dépourvus de la moindre trace de l’effet “pouces douloureux en diamant”. Le haut de gamme est étonnamment pur, aéré, détaillé, étendu et non agressif – presque parfait. C’est le seul pilote en diamant que j’ai entendu (et je pense avoir entendu à peu près tous ceux qui sont fabriqués) qui ne projette pas un son “poussiéreux” ou “gras” avec des disques ou des bobines d’argent, ne sonne pas “dur” ou “transitoire” avec du métal ou de l’argent, et ne sonne pas “clair” ou “granuleux” avec des câbles multi-brins. À une exception près, les tweeters en diamant ne semblent pas “naturels” ou “flués” avec de l’argent et du cuivre, ou “flous” ou “bouchés” avec de l’argent et du rhodium. Ces tweeters en diamant Estelon semblent tout simplement disparaître comme les autres pilotes en céramique.

Comme je l’ai dit plus tôt, le haut-parleur est, bien sûr, une source de boîte physique, donc il ne peut pas projeter une image “holographique” d’une voix ou d’un instrument dans la pièce comme un haut-parleur planar. Mais il peut projeter une image “holographique” du lieu dans lequel l’enregistrement a été fait. Tout comme avec les tweeters en diamant et les basses éventées, la disparition du pilote et de l’enceinte ne se fait pas au détriment de la résolution, de la définition, de la prise, de la couleur ou de la clarté de cette image. Tous les sons sont aussi détaillés, étendus, définis, colorés et clairs que vous pourriez le souhaiter, sans être “élevés” ou “exagérés” de manière antinaturelle ou agaçante.

Si vous avez un problème avec le son de la pièce, vous avez un problème avec le son de l’enregistrement. Si vous avez un problème avec le son de l’enregistrement, vous avez un problème avec le son de l’instrument. Et si vous avez un problème avec le son de l’instrument, vous avez un problème avec le son. Heureusement, le son des Estelon X Diamonds ne fait aucun problème.

Je ne veux pas dire qu’il est parfait. Aucun haut-parleur ne l’est. Mais le X Diamond est le haut-parleur le plus parfait que j’ai entendu. Je ne le dirais pas de tout haut-parleur que je n’ai pas entendu. Et il le fait non pas en dépit de l’utilisation de pilotes en céramique, mais à cause de leur utilisation. Ces pilotes fournissent le moyen le plus direct, le plus linéaire, le plus transparent et le plus neutre pour reproduire le son dans l’air, et cette enceinte leur fournit le meilleur moyen d’atteindre cet objectif. Je ne sais pas comment Vassilkov a fait ce qu’il a fait (en fait, je le sais – il a fait des pieds et des mains et des trous et des rayons pour le faire), mais il a réussi, en grande partie grâce à la céramique, à construire un haut-parleur qui non seulement disparaît en tant que source sonore, mais parvient à remplacer cette source par la présence sonore de la salle ou de l’espace dans laquelle l’enregistrement a été effectué. Et dans l’expérience d’écoute à domicile la plus immédiate, la plus directe et la plus transparente qui soit, la résolution des Estelon X Diamonds est la source sonore la plus idéale.

1 produit.s concerné.s
5
sur 5
2
avis
Estelon X Diamond mkII vignette détourée
Sur commande

Estelon X Diamond

Enceinte passive
A partir de 74.900€ TTC la paire
sur 5
avis
sur 5
avis

Articles du même reviewer

Autres reviews sur ce même produit

Avis Client

Amir
P.
du
15/10/2022
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Expérience globale : 5/5
J'ai été très bien conseillé et j'ai pu essayer le produit avant de l'acheter. Sachant que je n'achète que du haut de gamme, les prix sont élevés et j'ai eu la chance de pouvoir essayer dans ma salle d'écoute avec mes enceintes, mes câble, etc... très rare... On achète tranquillement sans se tromper.

Revendeur officiel

Logo Aequo Audio
Logo Artnovion
Logo B.audio
Logo Bassocontinuo
Logo CAD
Logo C.E.C.
Logo Cos Engineering
Logo Diptyque Audio
Logo Estelon
Logo Gigawatt
Logo Grimm Audio
Logo Halcro
Logo Innuos
Logo Isoacoustics
Logo Jorma
Logo Kubala Sosna
Logo Marten
Logo Mola-Mola
Logo Playback Designs
Logo Qobuz
Logo Roon Labs
Logo Silent Angel
Logo Supra
Logo Trilogy Audio
Logo Verity Audio
Logo Vermeer Audio
Logo Vivid Audio
Logo Weiss
Logo Williwaw

Copyright 2021|2024 - Tous droits réservés