Logo Posi+ive Feeback
Posi+ive Feeback
USA
Textes originaux en anglais

Waters on the Hardware: Mola Mola's Perca Stereo Amplifier, with the Tambaqui DAC to come

13/03/2024
Arrière du Mola-Mola Perca par Positive Feedback
Cliquer sur l'image pour consulter l'article original
Distinction décernée dans cet article

Il y a environ quatre mois, j’ai reçu un DAC Mola-Mola Tambaqui et un amplificateur stéréo Mola-Mola Perca de Bill Parish chez GTT Audio, et je les utilise quotidiennement depuis avec beaucoup de joie et de plaisir. Le Tambaqui et le Perca sont excellents individuellement. Mais ensemble, ils brillent vraiment comme une paire absolument de premier ordre et à un prix attractif qui satisfera même les auditeurs les plus exigeants.

L’amplificateur stéréo Perca est un amplificateur stéréo de classe D haut de gamme. Ne vous laissez pas tromper par l’architecture de classe D. Personnellement, j’ai toujours été fan des hybrides de classe A et AB pour leur chaleur “toujours allumée” et leur rendu fluide. En toute transparence, j’étais un peu sceptique à l’idée de remplacer mon amplificateur de classe A/AB (que j’adore) par quelque chose d’une conception différente. Eh bien, malgré mes préférences passées, j’ai été – et je suis toujours – complètement stupéfait par le Perca. Dire que je n’avais jamais entendu un amplificateur de classe D sonner aussi pur serait un euphémisme. Je ne me souviens pas avoir entendu _aucun_ amplificateur sonner aussi pur et, plus important encore, _musical_.

J’associais auparavant la classe D à ce que je pourrais décrire comme “mécanique”, “clinique”, voire “froid”. Ces caractérisations ne s’appliquent tout simplement pas au Perca. Avec la classe D, nous sommes généralement prêts à sacrifier la chaleur et le réalisme de la classe A/AB pour l’efficacité et un profil quelque peu numérique. En général, avec la classe D, tout dépend de la filtration. Plus le filtre est bon, meilleur est le résultat. Le Perca transcende complètement tout ce que j’attendais et parvient à offrir une satisfaction qui peut égaler et surpasser les amplificateurs de toute classe de conception.

Le slogan de Mola Mola est “La vérité est beauté”. Définie davantage comme “…construire des appareils électroniques capables de transmettre un signal sans aucun changement perceptible.” Simple en théorie, et pourtant très difficile à réaliser. Heureusement pour les amateurs de musique comme nous, en vérité, Mola Mola semble avoir réussi.

Tout d’abord, le Perca a pratiquement aucun bruit de fond. Si vous avez des enceintes très résolutives, vous pouvez dire quand votre amplificateur est allumé. J’aime écouter de la musique tard dans la nuit. Quand c’est calme à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Quand la climatisation et les appareils sont éteints pour la nuit. Je baisse les lumières, je m’allonge, je ferme les yeux, et j’écoute. Juste écouter.

Dans cet environnement, vous entendez tout. C’est excellent pour l’expérience musicale. Cela signifie aussi que vous entendez toutes les choses que vous _ne_ voudriez pas écouter, comme le bruit. Bruit des enregistrements, bruit de vos composants, et surtout bruit de votre amplificateur. Pas avec le Perca. En fait, la première fois que je l’ai allumé, je n’étais même pas sûr qu’il _était_ allumé. Comme si je ne l’avais pas correctement connecté. La seule chose que j’ai entendue était le petit “clic” du relais à l’intérieur de l’unité lors de la mise sous tension. Rien des enceintes. Rien.

Bien sûr, la classe D aura souvent un bruit de fond inférieur à celui d’une classe A. Mais cette absence totale de bruit m’a surpris. Dix minutes après ma première session d’écoute avec le Perca (l’enregistrement d’André Previn du _Concerto pour orgue, cordes et timbales_ de Poulenc avec le London Symphony Orchestra), j’ai su que j’avais quelque chose de spécial entre les mains. Toutes les choses que j’aime dans les anciens amplificateurs de classe A étaient là… sans aucun des inconvénients. Pas de bruit, pas de coloration, pas de dureté. L’amplificateur reste frais au toucher et ne chauffe pas la pièce, comme les classes A sont connues pour le faire.

Quelles que soient les enceintes que vous avez, le Perca les alimentera sans effort. Il est évalué à 125 watts @ 8 Ohms. Doublez cette valeur pour des configurations de 4 Ohms. La distorsion harmonique _maximale_ est mesurée à un microscopique 0,0005 % THD. C’est la valeur maximale, notez bien. La THD typique est de 0,0003 %. Le rapport signal/bruit de 128 dB place cet amplificateur sur un piédestal bien au-dessus des autres. Je me souviens avec beaucoup d’affection de l’utilisation de l’enregistrement Soundstream 20 bits de Telarc il y a quelques années. À mes oreilles, c’étaient les meilleurs enregistrements de cette époque. Même ces enregistrements haut de gamme de Telarc avaient un rapport signal/bruit de “seulement” 104 dB. Et ici, j’ai un amplificateur devant moi qui surpasse facilement ce qui était considéré comme le haut de gamme il n’y a pas si longtemps.

**LE DAC TAMBAQUI (À GAUCHE) ET L’AMPLIFICATEUR PERCA (À DROITE), MONTRANT L’ÉLÉGANCE DU CHÂSSIS ASSORTI**

Le Perca accepte des connexions XLR équilibrées ou des connexions RCA non équilibrées. Un commutateur à l’arrière permet de choisir entre les deux. Il y a un second commutateur à l’arrière qui permet un gain d’entrée de 28 dB ou de 22 dB, selon le type de DAC/préamplificateur que vous connectez à l’unité.

L’alimentation interne en courant alternatif est évaluée à un maximum de 800 watts. C’est un ordre de grandeur au-dessus de ce qui serait nécessaire même dans les circonstances les plus difficiles. Les énormes condensateurs sur la carte d’alimentation garantissent que vous ne souffrirez pas de baisses de tension, quel que soit le demande sur l’unité.

En pilotant une paire de Kaya 90 de Vivid Audio avec six haut-parleurs chacun, en écoutant l’enregistrement de Michael Murray de _Dieu parmi nous_ de Messiaen (extrait de _La Nativité_) à un volume élevé qui réveillera sûrement les voisins, j’ai mesuré une consommation de 49,9 watts du mur, avec un facteur de puissance de 0,49. À des niveaux d’écoute “normaux”, le Perca consomme environ 19 watts de courant mural avec ces enceintes. C’est l’un des principaux avantages de la classe D, l’efficacité. Bien sûr, il aide que les Vivid soient également assez efficaces (90 dB @ 2,83 VRMS à 1 m sur l’axe). Mais vous voyez l’idée.

L’apparence de l’appareil, comme pour tous les produits Mola Mola, est une élégance simple. Chacun des appareils de leur gamme de produits présente le même style de boîtier, une courbe douce sur le dessus qui descend à l’avant de l’unité comme une seule pièce de matériau.

Les connexions à l’arrière sont clairement étiquetées et facilement reconnaissables. Le bouton d’alimentation avant est un petit point argenté d’environ 2 mm de diamètre qui donne un clic ferme et satisfaisant lorsqu’il est pressé. Vous pouvez également allumer/éteindre l’unité via une connexion de déclenchement standard de 12 V. Il y a une seule LED le long du bord supérieur qui s’allume en blanc lorsqu’il est allumé, et en rouge tamisé lorsqu’il est éteint. Cette même philosophie d’éclairage et de boutons se retrouve dans toute la gamme Mola Mola et j’en suis très heureux. Je peux en un coup d’œil voir l’état de l’équipement Mola Mola sans qu’il n’éclaire la pièce.

L’amplificateur Perca et le DAC Tambaqui assorti de Mola Mola partagent le même design de boîtier de demi-largeur et s’harmonisent parfaitement lorsqu’ils sont placés côte à côte. Aucun des deux ne semble déplacé. Il est évident que ces deux-là vont ensemble.

Mola Mola et son partenaire de fabrication malaisien, Seetek, font partie de la famille d’entreprises Hypex. Mola Mola et Hypex créent les conceptions et Seetek s’occupe de la fabrication. Une courte vidéo de l’usine de fabrication peut être trouvée [ICI](https://vimeo.com/72123264).

Hypex s’adresse également au marché du bricolage et fabrique des cartes et des composants pour les amateurs via [http://diyclassd.com](http://diyclassd.com). De nombreuses cartes de conception d’amplificateurs de génération

précédente utilisées par Mola Mola peuvent être obtenues directement auprès de Hypex. Le Perca est la cinquième génération d’amplificateurs de classe D fabriqués par Mola Mola. Cette nouvelle génération présente une architecture complètement nouvelle appelée Trajectum et est unique à Mola Mola.

En 2003, Hypex a créé une nouvelle conception de classe D connue sous le nom de UcD (Universal Class-D). Huit ans plus tard, Hypex et Mola Mola ont développé et mis en œuvre une nouvelle conception, appelée “NCORE”, suivie de son successeur “NCOREx”. L’architecture UcD originale présentait un THD de 0,02 %, ce qui était remarquable pour 2003. En 2011, la conception NCORE a réduit le THD à 0,01 %. Suivie par NCOREx à un stupéfiant 0,0006 % THD. La nouvelle Trajectum réduit cela de moitié, atteignant le THD de 0,0003 % mentionné précédemment.

Lors de l’utilisation du Perca, je recommanderais des câbles d’enceintes avec des connecteurs à fiche banane plutôt que de type à cosse à fourche. En raison de la largeur étroite de l’unité, les bornes sont assez rapprochées. Utiliser des câbles qui sortent directement de l’arrière rendra l’installation moins encombrante. J’utilise une paire de câbles Kubala-Sosna que j’adore. Ils sont très lourds et épais avec de grands connecteurs à visser de type cosse à fourche. Lorsqu’ils sont connectés à un amplificateur de demi-largeur tel que le Perca, ils sont quelque peu encombrants.

Néanmoins, le Mola Mola Perca crie excellence dans toutes les dimensions. Si c’est votre gamme de budget, alors vous _devez_ absolument envisager sérieusement le Perca !

*POST SCRIPTUM*

Je soumettrai un avis séparé sur le DAC Tambaqui, mentionné plus tôt dans cet article. Lorsque j’ai commencé cette critique, j’avais l’intention de combiner les deux produits en une seule soumission. Cependant, il y avait tellement de choses à dire sur le Perca qu’il méritait sa propre place sous les projecteurs.
C’est également vrai pour le Tambaqui ! Restez à l’écoute !

1 produit.s concerné.s
4.9
sur 5
2
avis
Mola Mola Perca vignette détourée
Sur commande

Mola-Mola Perca

Amplificateur stéréo
8.000€ TTC
sur 5
avis
sur 5
avis

Autres reviews sur ce même produit

Articles du même reviewer

Avis Client

Stéphane
A.
du
10/12/2023
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Expérience globale : 5/5
Accueil en toute décontraction dans un environnement loin des habituels magasins hi-fi qui vous permettent d’avoir une écoute plus réaliste, telle que chez soi. Merci Jean-François.

Revendeur officiel

Logo Aequo Audio
Logo Artnovion
Logo B.audio
Logo Bassocontinuo
Logo CAD
Logo C.E.C.
Logo Cos Engineering
Logo Diptyque Audio
Logo Estelon
Logo Gigawatt
Logo Grimm Audio
Logo Halcro
Logo Innuos
Logo Isoacoustics
Logo Jorma
Logo Kubala Sosna
Logo Marten
Logo Mola-Mola
Logo Playback Designs
Logo Qobuz
Logo Roon Labs
Logo Silent Angel
Logo Supra
Logo Trilogy Audio
Logo Verity Audio
Logo Vermeer Audio
Logo Vivid Audio
Logo Weiss
Logo Williwaw

Copyright 2021|2024 - Tous droits réservés