Logo Posi+ive Feeback
Posi+ive Feeback
USA
Textes originaux en anglais

Waters on the Hardware: The Mola Mola Tambaqui DAC

05/02/2024
Ecran du Mola-Mola Tambaqui pris en gros plan avec le logo de la marque
Cliquer sur l'image pour consulter l'article original
Distinction décernée dans cet article

Le Tambaqui de Mola Mola représente ce qui se fait de mieux en matière de DAC haut de gamme pour les audiophiles sérieux à la recherche d’une solution sans compromis pour une conversion numérique-analogique parfaite. J’écoute le Tambaqui depuis plusieurs mois, et je peux dire sans réserve que c’est le son le plus clair, le plus pur et le plus ouvert que j’ai jamais entendu de ma bibliothèque numérique à ce jour. Dans cet article, nous examinerons en détail les caractéristiques qui font de ce produit un “must-have” (ou du moins un “must-consider”) si vous êtes sérieux dans votre écoute et souhaitez profiter pleinement de votre bibliothèque musicale numérique.

Commençons par le devant.
Il y a quatre boutons de préréglage configurables sur le devant du Tambaqui. Chacun peut être configuré sur une entrée spécifique avec des paramètres personnalisables. Vous pouvez mélanger et assortir les entrées et les réglages pour chaque préréglage. Vous pouvez avoir plusieurs préréglages liés à la même entrée en utilisant différents paramètres. Cela est particulièrement utile pour la gestion de la polarité (plus de détails à ce sujet plus tard).

Allumer le Tambaqui est aussi simple que d’appuyer sur l’un des boutons de préréglage à l’avant de l’appareil ou sur la télécommande incluse. Il n’y a pas de bouton d’alimentation séparé. J’aime ce choix de conception. Il suffit d’un seul bouton pour démarrer. Maintenir un bouton de préréglage pendant un bref instant éteint l’appareil lorsque vous avez terminé. Une petite LED blanche au-dessus de chaque bouton de préréglage indique lequel est sélectionné. Il y a aussi une petite LED au centre, au-dessus de l’écran principal, qui s’illumine en blanc lorsqu’il est allumé, et en rouge tamisé lorsqu’il est en mode veille. La luminosité des LED et de l’écran est configurable pour ne pas éclairer la pièce lors d’une écoute nocturne.

En plus de cette disposition des boutons, où chaque bouton correspond à un préréglage configuré, vous pouvez configurer le Tambaqui de sorte que, une fois allumé, les boutons adoptent un ensemble de comportements différents. Dans ce mode de contrôle du volume, deux des boutons avant servent à contrôler le volume. Un est utilisé pour parcourir les préréglages. Et un est utilisé pour mettre en sourdine et éteindre l’appareil. Personnellement, j’aime le réglage par défaut où chaque bouton choisit un préréglage, et j’utilise soit la télécommande physique soit l’application de télécommande pour contrôler le volume.

L’écran rond de 1,5″ (38 mm) au centre du Tambaqui affiche la source d’entrée sélectionnée (S/PDIF, Optique, Réseau, USB, AES, I2S ou Bluetooth). Au-dessus, le niveau de volume sélectionné est indiqué. Le mot “Direct” est substitué si vous êtes en mode direct et que vous utilisez votre préamplificateur ou amplificateur pour contrôler le volume. Le niveau de volume est indiqué en _échelle pleine,_ comme ce que vous verriez sur une table de mixage sonore, où 0 dB représente le volume maximum, et tout ce qui est en dessous du volume maximum est affiché comme un nombre négatif. Ainsi, le Tambaqui montre essentiellement le nombre de décibels en moins par rapport à l’échelle pleine (volume maximum). Ainsi, en mode muet, l’affichage montre -∞ (moins l’infini).

Cela peut demander un petit temps d’adaptation si vous n’avez jamais travaillé dans un studio sonore auparavant. L’affichage montre clairement le volume indiqué comme un nombre négatif. Il est facile d’ignorer le signe négatif (moins) devant le nombre et de voir juste les chiffres comme un indicateur de volume _normal_. Rappelez-vous simplement que lorsque les chiffres _augmentent_ sur l’affichage, le volume diminue, et vice versa. Comme les boutons de la télécommande n’ont pas d’indicateurs dessus, il m’est arrivé plusieurs fois de tourner le volume dans la mauvaise direction. Je suis tellement habitué à ce que les chiffres augmentent lorsque je monte le volume. Cela me rappelle le “These go to 11” de Spinal Tap. En termes de Mola Mola, 0 dB est l’équivalent du 11 de Spinal Tap!

Une suggestion que je ferais à Mola Mola concernant l’affichage avant est que j’aimerais également voir la _résolution_ de la source alimentant l’appareil. Cela est affiché dans l’application en bas de l’écran de sélection de préréglage et de volume. “DSD256”, ou “44.1kHz” par exemple. Je préférerais voir cette information affichée juste en dessous de la source d’entrée sur l’écran du Tambaqui.

Prenons maintenant un moment pour examiner les entrées et sorties du Tambaqui et explorer certaines des fonctionnalités plus détaillées de chacune.

Alimentations : Le Tambaqui prend en charge nativement les sorties XLR équilibrées. Également fournies avec l’unité, une paire d’adaptateurs XLR vers RCA. Ces adaptateurs sont spécialement conçus et fabriqués pour le Tambaqui et sont conçus pour offrir la meilleure conversion possible d’un signal équilibré à un signal non équilibré.

Casques : Une prise casque standard de ¼” (6,3 mm) est située à l’arrière, ainsi qu’une prise casque XLR4 équilibrée. Au risque de compromettre l’esthétique de l’unité, j’aurais été heureux de voir ces connexions, ou du moins la prise de ¼”, disponibles à l’avant de l’unité. Je ne laisse pas toujours mes écouteurs branchés et pouvoir les attacher et les détacher sans avoir à atteindre l’arrière de l’appareil serait appréciable. Dans ma configuration, le DAC est situé au-dessus du meuble de l’équipement, donc l’accès à l’arrière de l’unité n’est pas un problème. Si cet appareil était situé à l’intérieur d’un meuble, alors je devrais soit laisser les écouteurs toujours connectés, soit accepter de devoir atteindre l’arrière et manipuler le connecteur chaque fois que je veux les utiliser. Cela pourrait être quelque peu encombrant avec la connexion XLR4 car cette connexion doit être orientée correctement, contrairement à une prise de ¼”. Puisque la prise XLR4 est probablement moins utilisée et considérablement plus grande que celle de ¼”, je comprends pourquoi les concepteurs ont laissé cette connexion à l’arrière de l’unité pour des raisons esthétiques. Cependant, ma préférence personnelle aurait été que la prise de ¼” soit à l’avant. Juste une préférence personnelle.

Il y a deux ports de déclenchement à l’arrière pour allumer/éteindre d’autres appareils connectés. Avoir deux déclencheurs séparés est très apprécié, surtout si vous utilisez des amplis mono-blocks séparés pour chaque canal. Les ports de déclenchement peuvent être contrôlés individuellement en fonction des préréglages d’entrée sélectionnés via l’application Mola Mola sur un téléphone ou une tablette. J’ai mesuré 12,4 volts fournis sur chaque port de déclenchement lorsqu’ils sont activés.

Il y a sept entrées différentes sur le Tambaqui, ce qui en fait l’un des DACs les plus polyvalents disponibles. Peu importe comment vous sourcez votre bibliothèque numérique, le Tambaqui est sûr de vous couvrir.

L’entrée numérique à partir d’un transport de CD ou d’un streamer peut utiliser les connexions S/PDIF. Il y en a une pour le coaxial, et une connexion Toslink pour la fibre. Notez que seuls les formats PCM sont pris en charge. C’est une limitation des spécifications S/PDIF et non une limitation du Tambaqui. Les formats Bitstream (PWM) ne sont pas pris en charge sur ces interfaces. Ni le DSD ni le SACD ne peuvent être lus nativement sur ces connexions. Les résolutions PCM jusqu’à 24 bits/192 kHz sont prises en charge.

La connexion AES/EBU (Audio Engineering Society/European Broadcasting Union) prend en charge les formats PCM de la même manière que les connexions S/PDIF et Toslink. Pensez à l’AES/EBU comme une connexion PCM “professionnelle”. Elle n’est pas aussi courante que le S/PDIF (et par extension Toslink). Un avantage de l’AES/EBU est que les tensions de signal sont plus élevées et les câbles peuvent être considérablement plus longs. En utilisant un câble blindé de 110 ohms avec des connexions XLR, on peut obtenir une longueur de câble utilisable de 100 mètres. Ce type de connexion est souvent utilisé dans l’industrie de l’enregistrement vidéo pour le transport audio.

Le Tambaqui est un appareil prêt pour Roon et s’intègre avec Roon via le port Ethernet à l’arrière de l’unité. Le support PCM jusqu’à 384 kHz est pris en charge, ainsi que le DSD natif et DoP jusqu’à DSD256 (Quad-DSD).

Je pense qu’il y a une opportunité ici pour que d’autres services réseau soient disponibles à l’avenir. Par exemple, le streaming directement depuis un NAS sur un réseau local n’est pas pris en charge, ni d’autres services de streaming réseau comme DLNA. Il existe d’autres options disponibles pour obtenir du contenu stocké sur un réseau local vers le Tambaqui, comme le streaming Bluetooth (limité à 16 bits/48 kHz) via une tablette ou un téléphone connecté au même réseau que le NAS. Beaucoup mieux encore serait de passer par une connexion USB depuis un PC ou un Mac directement connecté au Tambaqui.

L’une des entrées non visibles à l’arrière de l’unité est le Bluetooth. Le DAC prend en charge le streaming Bluetooth (SBC, AAC, APTX et LDAC). La connexion Bluetooth est limitée à une résolution PCM de 16 bits/48 kHz. C’est la même résolution qu’un CD standard avec un taux d’échantillonnage légèrement meilleur.

L’I2S est une option pour ceux qui ont des sources équipées de I2S, notamment les offres de PS Audio qui prennent en charge le DSD via I2S. AudioQuest propose des câbles I2S ultra-haute résolution de très bonne qualité qui fonctionnent exceptionnellement bien.

L’entrée la plus polyvalente du Tambaqui (pour moi en tout cas) est la connexion USB. La connexion USB et la connexion réseau Roon sont les seules connexions qui prennent en charge le bitstream. Jusqu’au Quad-DSD (DSD256 – 11,2896 MHz) est pris en charge via ces connexions. Tant le DSD256 natif que le DoP (DSD sur PCM) à DSD256 sont pris en charge. Pour diffuser mon contenu haute définition, j’utilise un PC Windows exécutant Audirvāna Origin directement connecté au Tambaqui via USB. Le contenu dans des formats supérieurs à DSD256 est automatiquement converti par Audirvāna en PCM 24 bits/705,6 kHz (2 canaux). Cette configuration particulière me permet de profiter de toute ma bibliothèque stockée à la meilleure résolution possible pour le DAC Tambaqui. Je peux diffuser du contenu stocké localement sur le PC ou toute la bibliothèque sur mon NAS en réseau. De plus, en utilisant l’application mobile Audirvāna, je peux sélectionner n’importe quoi dans la bibliothèque pour l’écoute via la connexion USB sans toucher au PC. Le contrôle du DAC et la sélection du contenu de la bibliothèque numérique se font depuis la tablette à côté de ma position d’écoute.

Il existe deux options de télécommande IR physique pour le Tambaqui. La télécommande “standard” est celle que j’ai. C’est un appareil magnifiquement conçu en métal brossé qui est assez lourd et très facile à naviguer. Il y a cinq boutons non étiquetés sur la télécommande, empilés les uns sur les autres de haut en bas dans une seule colonne. La sélection des préréglages, le contrôle du volume et les fonctions d’allumage/extinction sont tous disponibles avec une simple pression sur l’un des boutons. Il existe également une télécommande IR Premium disponible qui dispose de boutons supplémentaires et d’une forme et d’un design global plus élégants que la télécommande standard. Pour moi, la télécommande standard est parfaite, bien que la télécommande Premium soit certainement une option plus esthétique!

**TÉLÉCOMMANDE PREMIUM MOLA MOLA (IMAGE AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DE MOLA MOLA)**

**LA TÉLÉCOMMANDE STANDARD DU TAMBAQUI À 5 BOUTONS**

**Application de télécommande : C’est là que le contrôle du Tambaqui _brille_ vraiment. La configuration et le fonctionnement optionnel se font via l’application de télécommande Mola Mola. Disponible pour iOS et Android, cette application se connecte au Tambaqui via une connexion Bluetooth et offre un contrôle complet de l’unité. C’est là que les quatre préréglages (liés à chacun des quatre boutons à l’avant du Tambaqui) sont configurés, ainsi que les options globales qui s’appliquent à tous les préréglages. Une fonctionnalité utile dans chaque préréglage est une fonction de décalage de volume qui permet à chaque préréglage d’avoir un réglage de volume réduit par rapport aux autres préréglages. Il est probable que différents chemins d’entrée vers le Tambaqui auront des volumes différents. Régler le décalage de volume pour un préréglage particulier évitera de devoir changer le niveau d’écoute confortable à chaque fois qu’une entrée différente est sélectionnée.**

Pour moi, de loin l’option la plus utile dans la configuration des préréglages est la capacité d’inverser la phase de l’un ou des deux canaux gauche et droit. Pour tester la polarité du câblage des enceintes, vous pouvez simplement inverser (inverser) l’un des deux canaux, et vous pourrez instantanément savoir si vos enceintes sont câblées correctement.

Mais cela va plus loin que cela. Bien plus loin. En 1988, l’auteur R.C. (Clark) Johnson a écrit un livre intitulé _The Wood Effect: Unaccounted Contributor to Error and Confusion in Acoustics and Audio_. (Notez que Clark a écrit de nombreux articles pour _Positive Feedback_ au cours des années passées en tant que contributeur éditorial, avant son décès regretté il y a quelques années. Il a passé de nombreuses années comme hôte de son haut lieu de la haute-fidélité, “The Listening Studio,” situé à Boston, MA.)

Dans ce livre, M. Johnsen décrit en détail la réalité selon laquelle une grande partie des enregistrements que nous écoutons sont, en fait, inversés en polarité. Le bref résumé ici est que cela est causé par le fait que de nombreux produits de traitement du son, de reproduction et d’amplification ont l’effet indésirable d’inverser la polarité lorsque le signal (sonore) passe par ces dispositifs. Lorsque vous regardez une onde sinusoïdale, l’une des caractéristiques évidentes est que la moitié supérieure de la courbe, au-dessus de la ligne centrale, et la moitié inférieure de la courbe sont symétriques. Dans ce cas, la phase n’est pas importante tant que les deux canaux gauche et droit partagent la même polarité. Dans la musique, cette symétrie n’est pas le cas. Importez un enregistrement musical dans votre DAW préféré et zoomez. L’arc au-dessus de la ligne centrale (compression) ne correspond _pas_ à l’arc en dessous de la ligne centrale (rarefaction):

Ainsi, si vous inversez _les deux_ canaux, ils restent en phase l’un avec l’autre, mais ils auraient une polarité inverse par rapport à la source réelle. _The Wood Effect_ (disponible en papier auprès de _Positive Feedback_; contactez David W. Robinson pour obtenir une copie) décrit que depuis le moment où le matériel source original est capturé par le microphone dans le studio jusqu’au moment où il atteint les enceintes dans nos environnements d’écoute. Il passe par plusieurs composants de mixage et de mastering, qu’il s’agisse de dispositifs physiques ou de plug-ins numériques. Si le son est traité par un nombre _impair_ de dispositifs inversant la phase, le produit final aura une polarité inversée. Si le son passe par un nombre _pair_ de dispositifs inversant la phase (ou aucun), le produit final aura une polarité correcte.

Le problème est qu’il n’y a pas de moyen rapide de savoir si la musique que nous écoutons est inversée en phase ou non, à moins que nous ne retournions réellement la polarité et que nous comparions avec nos oreilles. Selon le livre de M. Johnsen, jusqu’à la moitié de nos bibliothèques musicales ont une polarité inversée. Même si ce n’est pas un album entier, il peut y avoir des problèmes de polarité de piste en piste si effectivement différentes coupures sur l’album ont été traitées de manière différente. L’auteur va jusqu’à étiqueter chaque album de sa bibliothèque pour indiquer s’il est inversé en phase ou non, puis il configure son système d’écoute en conséquence pour chaque album/piste joué.

Eh bien, atteindre et changer les câbles pour chaque album n’est pas exactement en tête de ma liste de choses à faire. Passer les câbles par un interrupteur physique qui peut inverser la polarité ajoute simplement plus de composants et de complexité au mélange. Avec le Tambaqui, inverser la polarité pour un enregistrement est aussi simple que deux tapotements sur l’écran de l’application (un tapotement pour chaque canal). Ou plus simple encore, en créant deux préréglages identiques. Un avec une polarité normale. Un inversé. C’est ainsi que j’ai configuré le mien. Ensuite, avec une simple pression sur un bouton, soit sur la télécommande, soit à l’avant du Tambaqui, le même résultat peut être obtenu. [ICI](https://www.psaudio.com/pauls

-posts/inverted-polarity-2/) est un bref article de Paul McGowan de PS Audio qui décrit brièvement le problème de la polarité inversée.

Pour avoir une description significative des capacités sonores du Tambaqui, nous devons creuser un peu sous le capot et voir ce qui permet au Tambaqui de produire un son que je décrirais comme sans effort. Tout le contenu PCM est converti en résolution 32 bits et suréchantillonné à 3,125 MHz. C’est un taux d’échantillonnage _plus rapide_ que le DSD64 (2,8224 MHz) et un taux de bits avec une plage dynamique de (prêt pour cela?) 1 528 dB. Cela serait essentiellement aussi fort que l’explosion de l’univers. (Fini vos enregistrements de référence!) Le son le plus fort jamais estimé sur terre était l’éruption du Krakatoa en 1883 et il est estimé avoir atteint 310 dB à la source. À 99 miles du volcan, le pic de pression sonore enregistré était équivalent à 172 dB. Vous avez l’idée.

Le Tambaqui échantillonne à un taux plus rapide que le DSD et a une plage dynamique qui couvrira tous vos besoins musicaux. Une fois converti et suréchantillonné, le signal est converti en PWM (modulation par largeur d’impulsion). Avec cette conversion, le signal peut être mis en forme de bruit (impossible à faire en PCM) et forcé bien au-delà de la stratosphère des fréquences, bien au-delà des limites de l’audition. Les spécifications listent un processeur de signal de sortie FIR (réponse impulsionnelle finie) de 7ème ordre. Des informations supplémentaires à ce sujet peuvent être trouvées [ICI](https://en.wikipedia.org/wiki/Finite_impulse_response).

Ensuite, il y a deux DACs mono séparés à bord qui convertissent le signal en analogique avec un rapport signal/bruit de 130 dB. Cela fait chuter le bruit théorique et la distorsion bien en dessous de ce qui pourrait être perçu. Le résultat final est un son analogique qui (pour moi) dépasse largement les limitations du numérique, peu importe comment le contenu est présenté au DAC. L’effet net ici est que tout sonne mieux. Les CD standard prennent vie et le matériel source haute résolution est présenté avec encore plus de clarté et de souffle que ce à quoi je m’attendais des enregistrements haute résolution. La THD spécifiée est indiquée comme “non mesurable” et est estimée par Mola Mola à -140 dB.

En écoutant, les fréquences basses étaient fortes sans être dominantes. Les aigus étaient doux. Tellement doux, en fait, qu’à des niveaux d’écoute élevés, ils ne sonnaient jamais stridents ou durs. La scène sonore et l’imagerie stéréo sont magnifiquement préservées et présentées aux amplificateurs en aval, et vous finissez par apprécier non seulement ce que le Tambaqui offre, mais aussi ce que vos amplificateurs peuvent faire avec un ensemble de signaux aussi bons provenant du DAC. La scène sonore était appropriée aux enregistrements. Ni artificiellement large ni peu profonde. J’ai associé ce DAC à l’amplificateur stéréo Mola Mola Perca (que j’ai examiné [ICI](https://positive-feedback.com/reviews/hardware-reviews/mola-mola-preamplifier-and-amplifier/)), et la combinaison de ces deux appareils fonctionnant de concert était à peu près aussi bonne que je pouvais le demander. Tout ce que j’ai lancé dessus (classique, jazz, pop, R&B, big-band) sonnait parfaitement.

Pour moi, le Tambaqui représente simplement le _meilleur_ de ce qui est disponible. Il est riche en fonctionnalités, facile à configurer, facile à utiliser, et rien ne pourrait être plus facile à utiliser. Les spécifications sont incroyablement bonnes, et le résultat final à mes oreilles prouve qu’il est aussi bon en personne qu’il l’est sur le papier.

2 produit.s concerné.s
4.8
sur 5
13
avis
Mola-Mola Tambaqui vignette détourée
Sur commande

Mola-Mola Tambaqui

Ampli casque
DAC
Streamer
11.000€ TTC
4.8
sur 5
13
avis
Mola-Mola Tambaqui vignette commerciale
Vendu
Démonstration

Mola-Mola Tambaqui [MODELE DE DEMO]

DAC
8.800€ TTC (au lieu de 11.000€ soit -20%)
sur 5
avis

Autres reviews sur ce même produit

Articles du même reviewer

Avis Client

Amir
P.
du
15/10/2022
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Expérience globale : 5/5
J'ai été très bien conseillé et j'ai pu essayer le produit avant de l'acheter. Sachant que je n'achète que du haut de gamme, les prix sont élevés et j'ai eu la chance de pouvoir essayer dans ma salle d'écoute avec mes enceintes, mes câble, etc... très rare... On achète tranquillement sans se tromper.

Revendeur officiel

Logo Aequo Audio
Logo Artnovion
Logo B.audio
Logo Bassocontinuo
Logo CAD
Logo C.E.C.
Logo Cos Engineering
Logo Diptyque Audio
Logo Estelon
Logo Gigawatt
Logo Grimm Audio
Logo Halcro
Logo Innuos
Logo Isoacoustics
Logo Jorma
Logo Kubala Sosna
Logo Marten
Logo Mola-Mola
Logo Playback Designs
Logo Qobuz
Logo Roon Labs
Logo Silent Angel
Logo Supra
Logo Trilogy Audio
Logo Verity Audio
Logo Vermeer Audio
Logo Vivid Audio
Logo Weiss
Logo Williwaw

Copyright 2021|2024 - Tous droits réservés