Logo Hi-fi News
Hi-fi News
Royaume-Uni
Textes originaux en anglais

"NOTHING SHORT OF REVELATORY"

06/04/2023
Vue en coupe d'un amplificateur Halcro Eclipse avec ses composants internes visibles, notamment des condensateurs, des transistors, une alimentation et du câblage, logés entre deux pieds métalliques verticaux (par 1877.audio)
Cliquer sur l'image pour consulter l'article original
Distinction décernée dans cet article
Distinction "Outstanding Product" par hi-finews

Traduit de l’anglaisIl n’est pas difficile de trouver la marque derrière l’amplificateur de puissance Eclipse Stereo : non seulement le design est une version moderne des amplificateurs australiens Halcro du passé [voir ‘From the Vault’, HFN Dec ’22], mais le produit lui-même, avec l’alimentation et l’amplificateur suspendus entre deux montants solides, forme la lettre ‘H’ – une astuce que nous n’avons pas vu d’autres fabricants tenter ! Vendue 46 000 £ dans la finition Premium de l’unité examinée, ou 6 000 £ de moins pour la version Standard légèrement plus sobre, cette dernière itération d’un design qui a commencé avec la série Halcro dm originale au tournant du millénaire [HFN Apr ’02] fait partie d’une gamme comprenant les monoblocs Eclipse. Le fabricant affirme qu’ils sont “la nouvelle référence en matière d’amplification”. Ce n’est pas peu dire [voir le mot de bienvenue du Premier ministre, p. 21]. HISTOIRE D’ORIGINE
Je dis “son fabricant” car il s’est passé beaucoup de choses entre les modèles dm originaux et la dernière gamme Eclipse. Conçus à l’origine par le Dr Bruce Candy, né en Afrique du Sud, éduqué à Cambridge et australien d’adoption – son deuxième prénom est Halcro – les amplis ont été inspirés par son développement d’appareils de détection des métaux pour l’industrie de l’extraction de l’or, cette technologie à micro-ondes et à ultrasons faisant partie de sa marque Minelab Electronics. Halcro est née en tant que filiale de Minelab et est le résultat de l’aversion de Candy pour toute forme de distorsion dans les amplificateurs, et de sa conviction que de telles distorsions créaient des “sons fantômes” qui, bien qu’inaudibles en tant que sons, pouvaient être détectés par l’oreille humaine. Traduisant une partie du raisonnement utilisé dans ces renifleurs d’or très sensibles et très précis, il était en mesure de revendiquer pour l’amplificateur dm38 “une pureté supérieure à 99,9997% de toutes les tonalités sur l’ensemble de la gamme audio”. Disons simplement que le Dr Candy n’a jamais manqué d’assurance dans ses affirmations, mais la conception a continué à être développée, et à l’époque du dernier modèle phare de Halcro, le dm88, était définitivement l’un de ces produits dont on parle à voix basse. Cependant, c’était à l’époque, et c’est aujourd’hui…Après le rachat de Minelab par la société de communication militaire Codan en 2008, principalement pour le potentiel de sa technologie de détection dans le déminage – du type mortel plutôt que rentable – Halcro, une distraction par rapport à l’activité principale de l’entreprise, a été mise de côté. Et il est resté sur les tablettes, à l’exception d’un bref projet de licence avec Vivid Audio, intelligemment écarté par la (dernière) crise financière mondiale, jusqu’à ce qu’il soit relancé par Magenta Audio, un importateur et distributeur de matériel hi-fi basé en Australie. Une nouvelle société, Longwood Audio, a été créée avec une équipe comprenant le Dr Peter Foster de Magenta et l’ancien ingénieur en chef de Halcro, Lance Hewitt, et la marque Halcro, le portefeuille de brevets, le stock et l’outillage – qui se trouvaient dans un entrepôt d’Adélaïde dont le bail était sur le point d’expirer – ont été rachetés. UNE ECLIPSE TOTALE
Voilà qui nous amène à la série Eclipse, résultat d’un remaniement considérable, sans parler du ré outillage et de la refonte de cette forme emblématique, qui est désormais un peu plus douce et plus galbée, avec une finition encore plus soignée. Le boîtier anodisé argenté de l’ancien modèle, décrit par un critique comme ayant tendance à “sonner comme une vieille cloche d’église d’Adélaïde”, est remplacé par de l’aluminium massif usiné beaucoup plus lourd, les deux boîtiers formant les barres transversales entre les montants étant fabriqués à partir de feuilles d’aluminium d’une épaisseur allant jusqu’à 1 cm.Et ces boîtiers sont encore plus complexes qu’il n’y paraît. Le boîtier inférieur, plus grand, contient l’alimentation, avec une entrée secteur IEC et un interrupteur général, tandis que la section supérieure [photo ci-dessus] abrite les étages d’entrée et de sortie de l’amplificateur, chacun étant protégé des autres par de l’aluminium et du cuivre. Chaque partie de la structure de l’amplificateur est peinte à la main avec plusieurs couches de peinture de qualité aérospatiale, et l’ensemble repose sur des pieds sculptés à la main dans du bois par un luthier local – ou un fabricant de guitares pour vous et moi. Dans la version standard, les pieds sont en acajou tandis que, pour la version Premier, ils sont en Redgum australien vieilli, apparemment recyclé à partir de poteaux de clôture centenaires… Entre-temps, de nombreux circuits ont été refaits et leurs composants améliorés, le nouvel Halcro conservant les niveaux de furtivité et de mystère de l’ancien Halcro en peignant des parties et en enfermant des sections vitales dans de l’époxy pour garder leurs secrets (ou les humidifier, selon la façon dont on le voit). Et avec des fixations invisibles qui rendent l’ensemble difficile à démonter – il s’agit d’un amplificateur pour jouer, pas pour jouer avec – tout ce que le propriétaire doit vraiment savoir, c’est où trouver le commutateur pneumatique sous le boîtier de l’amplificateur. Avec un léger sifflement de l’interrupteur, l’ampli passe du mode veille (voyant rouge) au mode opérationnel (voyant bleu). Le câblage entre les deux boîtiers est dissimulé dans les montants, qui dispersent également la chaleur de l’amplificateur de puissance à FET, qui fonctionne relativement froidement. Les connexions à l’arrière du boîtier supérieur (amplificateur) [voir p47] acceptent les entrées RCA asymétriques ou XLR symétriques, plus des RCA supplémentaires offrant un mode demi-gain avec une impédance d’entrée très faible de 660 ohms. Les bornes du câble d’enceinte sont de type spade/banane. La puissance de sortie est de 180W/8ohm, et 350W par côté en 4ohm [voir le rapport de laboratoire de PM, p47], avec une protection complète intégrée contre les courts-circuits accidentels, les surintensités, les décalages de courant continu, les transitoires secteur et probablement les attaques d’opossum – Halcro a toujours eu à coeur de protéger ses amplis contre les utilisateurs. Enfin, l’ensemble pèse pas moins de 62 kg, ce qui fait qu’il faut être deux pour le soulever et le mettre en place.Malgré toutes ses prétentions, l’Eclipse Stereo tient véritablement ses promesses – à tel point qu’une mise en garde s’impose. La plupart des amplificateurs produisent un petit bruit (blanc), que l’on peut entendre en approchant l’oreille d’un haut-parleur d’aigus sans musique, mais avec celui-ci, il n’y a vraiment rien, juste le silence. Par conséquent, il convient d’être prudent avec le contrôle du volume lors de la première prise en main – la musique à pleine puissance surgit de nulle part lorsqu’elle commence à être jouée, ce qui peut vraiment vous prendre, ainsi que vos enceintes, par surprise. Cependant, si vous arrivez à mesurer la façon dont cela se produit, l’Eclipse Stereo est un délice absolu : utilisé entre l’Aurender W20SE [HFN Mar ’23], le dCS Vivaldi APEX et les Bowers & Wilkins 801 D4s [HFN Nov ’21], l’Eclipse a produit un son aussi convaincant que surprenant. Avec Alive At The Village Vanguard de Fred Hersch et Esperanza Spalding [Palmetto Records PM2007], j’ai été immédiatement saisi par l’intimité du son et le plaisir pur que Spalding éprouve en parlant et en chantant à travers “Girl Talk”, en interagissant avec le public très présent, autant ressenti pendant la musique qu’entendu lorsqu’il réagit. La façon dont cet amplificateur restitue les timbres de la voix et du piano est également frappante, à la fois délicate et totalement révélatrice. DRAMA KING
Même avec un mixage plus dense, comme le luxuriant High Drama d’Adam Lambert [Much is More Records, 5054197308642], qui a un son digne de son titre, l’Eclipse donne à la voix du chanteur une concentration absolue sur sa reprise de “Do You Really Want To Hurt Me ?” de Culture Club, tout en donnant à l’accompagnement toute sa valeur. Et avec sa version de “Mad About The Boy” de Noël Coward, l’interprète est superbement mis en valeur au centre de la scène, comme prévu ! L’autre impression immédiate que crée cet amplificateur est celle d’une puissance massive maintenue sous un contrôle impitoyable, comme le montre l’échantillonneur Wagner autoédité du chef d’orchestre Gustavo Dudamel avec l’Orchestre symphonique Simon Bolivar du Venezuela [48kHz/24-bit, via qobuz. com]. La façon dont l’amplificateur laisse entrevoir le drame qui va se déchaîner dans les premiers accords graves du prologue de Götterdämmerung fait froid dans le dos, mais ne soyez pas trop tentés de monter le volume pour écouter encore plus attentivement, car la puissance explosive finale risque fort de bouleverser votre mobilier. Les cuivres et les bois, ainsi que les violons qui reprennent le thème, font preuve d’une glorieuse fluidité, et l’augmentation du volume à mesure que l’orchestre s’enfle est tout à fait naturelle. C’est passionnant. CAUTION TO THE WIND
Toute cette puissance et ce contrôle servent également les rythmes entraînants et les multiples couches de “Otomo” de Bonobo, extrait de son album Fragments [Ninja Tune, ZENDNL 279]. Les basses sont serrées, mais tellement profondes, et la voix éthérée est à la fois claire et distante. Vous voulez vivre l’expérience deep house dans son intégralité ? Allez-y, montez le volume : il devient de plus en plus fort, sans bavure ni perte de définition, mais juste de grands battements, les percussions les plus hautes s’entrechoquant parfaitement au-dessus des basses, de l’électronique pétillante et bourdonnante et un élan totalement imparable. Si vos enceintes peuvent le supporter, l’Eclipse le fera apparemment. A ce sujet, à ce point de mes notes d’écoute, il y a une phrase révélatrice : “Je ne pense pas avoir jamais entendu ces grandes enceintes B&W pilotées de manière aussi convaincante”, et ce n’est pas rien étant donné la gamme d’amplification que nous avons entendue devant les 800 D4 de la série Diamond dans la salle d’écoute de PM. Ici, sous le contrôle total du Halcro Eclipse Stereo, j’ai eu l’impression qu’ils faisaient vraiment ce pour quoi ils ont été conçus. Mais les sensations musicales n’ont cessé de se succéder, renforçant mon affinité pour cet amplificateur remarquable. Avec la dernière sortie de The Sixteen, A Watchful Gaze, sur son label Coro [COR16195 ; 96kHz/24-bit], l’Eclipse illumine à la fois les voix et la musicalité de l’ensemble qui marque le 400ème anniversaire de la mort de William Byrd. Chaque note et chaque syllabe sont d’une clarté cristalline, et l’on a la merveilleuse impression que les voix sont suspendues dans l’acoustique réverbérante de All Hallows, Gospel Oak, et qu’elles s’y fondent. MAGIC ACT
De même, avec l’enregistrement des Quatre Saisons de Vivaldi par Chloe Chua avec l’Orchestre symphonique de Singapour, sur Pentatone [PTC5187062, 96kHz/24-bit], l’ouverture du son est aussi frappante avec le mordant du violon solo qu’avec la combinaison des cordes orchestrales et de l’orgue. L’attaque des cordes massives dans le mouvement d’ouverture allegro non molto de “Summer” est merveilleuse et donne une superbe impression d’exubérance. Si l’on descend jusqu’au jazz intime en trio de “Broken Hopes” du pianiste estonien Tõnu Naissoo, sur son album Turning Point, remastérisé à partir de la version analogique originale de Melodiya [APSoon Recordings APS02023 ; DSD64], la présentation “maximum d’informations” de l’Eclipse est parfaitement adaptée à la musique, créant cette présence magique “dans la pièce”. C’est un tour de force qu’il réussit également avec l’album roots Moving On Skiffle de Van Morrison [Exile/Virgin Music 4819141]. Ici, la voix fatiguée du vieux garçon est délivrée avec beaucoup de caractère et de concentration, et les performances joyeuses du groupe, avec chaque contribution facilement audible, ajoutent à la sensation de rétro, de légèreté. Il s’agit vraiment d’un amplificateur pour tous les styles musicaux, qui crée une véritable dépendance. Il a peut-être ses racines dans les obsessions d’un homme (exceptionnel) et est imprégné d’une pile de mythes et de mystères, mais il s’agit d’un renouveau sensationnel d’un design légendaire, tout à fait capable de réarranger votre perception de la musique.CONCLUSION
Si vous connaissez la légende Halcro, l’Eclipse Stereo confirme toutes les critiques élogieuses du passé. Si vous ne connaissez pas encore la marque, vous serez tout simplement époustouflé par la confiance, l’assurance et l’enthousiasme dont il est capable. Il ne s’agit pas seulement d’un très bon ampli, avec une puissance utile et une superbe clarté. Il s’agit plutôt d’un véritable révélateur qui, avec des enceintes de haute qualité, vous fera vibrer et vous ravira dans la même mesure.

1 produit.s concerné.s
5
sur 5
4
avis
Halcro Eclipse stéréo vignette détourée
Sur commande

Halcro Eclipse stéréo

Amplificateur stéréo
47.900€ TTC
sur 5
avis
sur 5
avis

Autres reviews sur ce même produit

Articles du même reviewer

Avis Client

Amir
P.
du
15/10/2022
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Étoile pleine de couleur orange pour la notation de 1877.audio
Expérience globale : 5/5
J'ai été très bien conseillé et j'ai pu essayer le produit avant de l'acheter. Sachant que je n'achète que du haut de gamme, les prix sont élevés et j'ai eu la chance de pouvoir essayer dans ma salle d'écoute avec mes enceintes, mes câble, etc... très rare... On achète tranquillement sans se tromper.

Revendeur officiel

Logo Aequo Audio
Logo Artnovion
Logo B.audio
Logo Bassocontinuo
Logo CAD
Logo C.E.C.
Logo Cos Engineering
Logo Diptyque Audio
Logo Estelon
Logo Gigawatt
Logo Grimm Audio
Logo Halcro
Logo Innuos
Logo Isoacoustics
Logo Jorma
Logo Kubala Sosna
Logo Marten
Logo Mola-Mola
Logo Playback Designs
Logo Qobuz
Logo Roon Labs
Logo Silent Angel
Logo Supra
Logo Trilogy Audio
Logo Verity Audio
Logo Vermeer Audio
Logo Vivid Audio
Logo Weiss
Logo Williwaw

Copyright 2021|2024 - Tous droits réservés